Mercredi 25 mars sera organisé par l’association de Presse France Japon, une conférence-débat sur le retour du nucléaire au Japon avec Jean-François Heimburger, journaliste indépendant à la Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP).

Centrale  de Fukushima
Vue satellite de la centrale de Fukushima

Trois questions à Jean-François Heimburger (extrait d’interview)

Quelles sont les positions du gouvernement japonais sur la question de la reprise de la production d’énergie nucléaire, et quel mix énergétique semble-t-il vouloir mettre en place pour l’avenir ?

Le gouvernement actuel, dominé par le Parti libéral démocrate (PLD) auquel appartient le Premier ministre Shinzô Abe, considère l’énergie nucléaire comme une des sources d’électricité les plus importantes pour le pays. Cela tranche avec l’ancien gouvernement, dirigé par Yoshihiko Noda et le Parti démocrate du Japon (PDJ) jusqu’à la fin 2012, qui souhaitait une sortie du nucléaire en 2030…

Lire la suite sur le site de l’institut français des relations internationales (IFRI)

Plus d’informations :

  • Organisé par l’association de Presse France-Japon
  • Date et horaires : le mercredi 25 mars à 15 heures
  • Lieu : Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP), 101 bis quai Branly, 75015 Paris – salle de cours (1er étage)
  • En métro, Bir Hakeim (ligne 6) ou RER C Champ de Mars.
  • Merci de confirmer votre présence à l’adresse suivante : [email protected]
close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentProjet Tôhoku Livehouse Daisakusen
Article suivantBonne nuit Tsuki-san, un album jeunesse

4 Commentaires

  1. Il est surtout question de relancer ceux qui sont viables, conformes aux nouvelles normes et situés dans des zones à risque réduits. Cinq réacteurs sont définitivement destinés à être démantelés (Mihama 1 et 2, Tsuruga 1, Shimane 1 et Genkai 1) avec les six réacteurs de Fukushima, cela porte à onze le nombre de réacteurs condamnés à être déconstruits. Il n’y a par ailleurs aucun projet de construction de nouvelles centrales. Parallèlement, des demandes de prorogation ont été faites pour les réacteurs les plus sûrs et les plus fiables, il est aussi question de recycler les équipements électriques des centrales condamnées à des fins de distribution (pour améliorer le réseau) et les projets de sources énergétiques variées (solaire, géothermie, éolien etc…) sont encouragées (au niveau tarifaire de rachat par exemple). Loin de toute idéologie, une approche multiforme et pragmatique.

    • Oui, c’est normal que les vieux réacteurs et ceux qui sont non conformes soient démantelés. Comme pour l’aviation, le nucléaire est sûr si les instances de régulation et de contrôle ne sont pas corrompues par la connivence entre le gouvernement et les entreprises publiques ou privées qui vivent de leur rente protégée par l’Etat.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.