Depuis la fermeture des centrales nucléaires due à la catastrophe de Fukushima, le Japon rencontre des difficultés pour établir des objectifs au long-terme concernant les émissions de gaz à effet de serre.

Carte des participants au protocole de Kyôto - CC L.tak
Carte des participants au protocole de Kyôto – CC L.tak

Avant le tsunami qui frappa le Japon en mars 2011 et les conséquences qui en découlèrent, le Japon avait réussi à diminuer ses émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre de 8,2 %, de 2008 à 2012 (basé sur les niveaux de 1990). Il atteignait ainsi les 6% indiqués par le protocole de Kyôto de 1997 pour le contrôle du réchauffement climatique. Le ministre de l’Environnement, Nobuteru Ishihara, l’a annoncé lors des débats sur le climat des Nations Unies à Varsovie.

Cependant, les émissions ont augmenté depuis mars 2011 car les centrales nucléaires ne sont plus en marche et les centrales thermiques ont dû être utilisées pour compenser ce manque. C’est ainsi que le gouvernement japonais a décidé d’abaisser à 3,8% l’objectif de diminution des émissions d’ici 2020 (basé sur les niveaux de 2005). Selon Ishihara, cet objectif est temporaire et sera reconsidéré quand les centrales nucléaires seront à nouveau opérationnelles (probablement pas pas avant 2014). Mais le Premier ministre, Shinzo Abe, doit faire face à une forte opposition quant au retour du nucléaire. Continuer les efforts pour réduire les émissions va aussi être un fardeau pour les performances des entreprises, et par conséquent, ralentir la relance de l’économie voulue par Abe.

Le Japon a également décidé de ne pas poursuivre le deuxième engagement pris dans le protocole de Kyôto, arguant que cela resterait inefficace tant que les États-Unis et la Chine, les deux plus gros pollueurs de la planète, ne feront pas partie des États prêts à faire des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La réduction de 25% entre 1990 et 2020 aura donc peu de chances d’être atteinte pour le Japon.

Claire Bouyssou – sources : The Japan Times, The Asahi Shimbun

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentSalon : étudier au Japon
Article suivantShinzo Abe : renforcement des relations avec l’ASEAN

21 Commentaires

  1. Premièrement il ne faut pas confondre la pollution et les fameux  » gaz à effet de serre » dont le terrible CO2 qui n’est autre que le gaz que vous exhalez.  » faite un geste pour la planète, ne respirez plus » sera le prochain slogan de la propagande réchauffiste que le gouvernement français s’empressera de transformer en une nouvelle taxe sur la respiration.
    Deuxièmement il était que le Japon sorte de cette gigantesque escroquerie intellectuelle qu’est le réchauffement climatique imputable à l’activité humaine, depuis 20 ans et malgré l’activité industrielle intense de pays comme la Chine la température globale n’a pas augmenté, contredisant tous les modèles qui en promettaient une élévation constante.
    Alors où qu’il est le méchant CO2 qui allait faire fondre la banquise, les glaciers et la Sibérie ? Certains avancent qu’il se cacherait au fond des mer, le fourbe!
    C’est quoi la prochaine grande menace? Le méthane dû aux flatulences de nos amis herbivores? Ou plus simplement alliance perverse d’escroc impérialiste comme Al Gore et d’écologistes millénaristes plus rouges que verts rêvant de décroissance majeure, de contrôle étatiste et de liberté rabougrie.

    • T’es sérieux la ? Que tu ne crois pas au réchauffement de la planète, soit. Mais tu verras bien le jour ou ça te rattrapera (comme ça a déjà rattrapé certains habitants d’atolls du Pacifique).
      Maintenant il suffit de regarder autour de soi pour voir que la planète se barre en couille. Que ça viennent des vaches, des bagnoles ou du nucléaire. En tout cas moi je suis pour la décroissance (ou alors on empêche les pays émergents d’accéder à notre niveau de vie).
      Mais pourtant je ne me retrouve pas du tout dans tes descriptions. C’est bizarre non ? Y aurait-il d’autres voies entre les  » escroc impérialiste comme Al Gore et les écologistes millénaristes plus rouges que verts rêvant de décroissance majeure, de contrôle étatiste et de liberté rabougrie » ?

  2. Que l’on ne croit pas au effet sur le climat du CO2 et/ou de l’activite humaine est parfaitement comprehensible mais a part des commentaires d’un niveau: « tout va tres bien Mme la Marquise », « tous des sales rouges gauchos qui en veulent a notre libertes « , « gigantesque escroquerie intellectuelle ». Avez-vous des arguments solides pour affirmer que l’activite humaine n’a aucun effet sur le climat?
    Personnelement il m’est effectivement difficile de remarquer qu’il ait peut y avoir des chagements significatifs ces 20 dernieres annees, les etes sont toujours chauds et les hivers toujours froids. Cela ne signifie pas que des chagements n’ont pas lieu. Ils sont peut-etre lents et significatifs a long terme et meme eventuelement irreversibles.
    Si votre vision du monde s’arrete a votre quotidien, surement confortable, rechaufement climatique ou pas votre vie n’en sera pas ou peu affectee. Mais c’est probablement la seul chose qui compte non?
    Peut-etre un peu de lecture serieuse pourrait vous etre utile?

    Quelques propositions de lecture (en anglais desole):
    http://www.nature.com/news/why-we-are-poles-apart-on-climate-change-1.11166
    http://www.nature.com/nature/journal/v489/n7417/full/489502b.html
    http://www.sciencemag.org/content/301/5635/929.short
    http://www.nature.com/nclimate/journal/v1/n9/full/nclimate1302.html#affil-auth
    http://www.nature.com/nature/journal/v458/n7242/full/nature08017.html
    http://www.sciencemag.org/content/335/6072/1058.full
    http://www.sciencemag.org/content/327/5964/451.abstract?sid=1cbff558-88d3-49ad-8ca2-434417c56839
    http://www.nature.com/nature/journal/v459/n7248/full/nature08047.html
    http://www.pnas.org/content/107/39/E151.long

  3. 2+2=5 annonça fièrement le GIEC et le troupeau bêlant répéta d’une même voix, 2+2=5.
    C’est gros mais c’est à peu de chose près ce que les milliers de scientistes politiquement surcorrect veulent faire avaler à tout un monde pétrie de certitudes apocalyptiques et de culpabilité d’avoir un confort bien meilleur que les 3/4 de la planète.
    Que ces fameux scientistes aient établi un dogme avec leurs amis politiques et financiers qui se cirent les pompes conjointement et veillent bien d’écarter tous les hérétiques de tout débat dans leur cénacle climatisé ne choquent-il personne?
    Comment expliquer que malgré l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère, la temperature moyenne n’a pas aussi augmenté proportionnellement suivant les magnifiques modèles climatiques pondus par ce collège d’experts? Comment la nature a-t-elle l’outrecuidance de contredire tant d’intelligence con-centrée sur son nombril?
    Pardieu, la nature se trompe ou bien elle doit tricher! L’homme, cet homo faber, ce demiurge prométhéen ne peut être que celui qui peut changer la planète bien sur.

    Le changement du climat surement. Le climat change et il n’a jamais cessé de changer, il est en constante évolution et l’a toujours été. Ainsi comment répéter sans rire le slogan  » contre le changement climatique » ( aussi stupide que  » la vitesse tue » )? Sans changement climatique nous en serions toujours à la période glaciaire, non? Le CO2 fait parti des conditions nécessaires sans lesquelles la vie n’existerait pas sur terre, avec plus de CO2 le rendement agricole n’en sera que meilleur.

    Alors pourquoi le GIEC et les movement de l’écolo-finance balaient d’un revers de la main méprisant les travaux sur les changements climatiques provoqués par l’interaction du rayonnement cosmique et du soleil? Parce que comme c’est un phénomène naturel et que l’on ne peut rien y faire il n’y a pas de pognon à ce faire dessus? Parce que cela signifierait que l’homme ne contrôle pas son destin ni celui de la planète et que du coup il y est soumis aux mêmes lois que tous les êtres vivants, lui qui se prenait pour un Dieu?

    http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/climat-rayonnement-cosmique-et-99184

    • Soit, admettons que l’homme ne soit pour rien dans le réchauffement climatique qui a connu bien des hauts et des bas dans son histoire.
      Mais décréter que nous somme innocents n’est-il pas une façon de dire « allons-y, polluons, puisque c’est le soleil qui est responsable de tout! ». Même si le réchauffement de la planète par l’homme n’est qu’un leurre, je préfère cette position qui va nous inciter à vivre autrement plutôt que ce laisse-aller irresponsable.
      Quand aux affaires de gros sous, il me semble que le pognon est plus du coté des pollueurs (car polluer ça économise) que du coté des écolos car dépolluer ça coûte bonbon!

  4. Telly, j’avais justement commencé par signaler qu’il ne faut pas confondre la pollution et la production de Co2 qui n’est pas un gaz polluant. La pollution est un danger car elle interfère gravement avec le vivant, causant troubles et maladies alors que le Co2 est un gaz nécessaire à la vie sur terre. Par exemple, les centrales à charbon produisent bien sur du Co2 mais surtout elles polluent et nuisent à la santé en propageant des gaz nocifs et des poussières.
    Cela peut paraitre paradoxal mais ce sont en fait les puissants lobbies financiers, entre autre du nucléaire, qui alliés aux Etats promeuvent cette arnaque mondiale qu’est le réchauffement climatique, que les écolo néo-marxistes jouent le rôle d’idiots utiles aux mains des intérêts particuliers des partisans d’un nouvel ordre mondial à quand même quelque chose de savoureux, il faut dire qu’ils se sont fait tellement bernés par leur idéologie primaire de lutte des classe version mère nature qu’ils n’ont pas vu que la seule chose verte dans cette affaire était le couleur des billets.

    • SLV, les écolo néo-marxistes n’existent pas.
      Tout comme la droite, Marx et la gauche sont pour la croissance infinie.
      Et pour l’instant, il faut un niveau de vie bien plus élevé que celui de la classe ouvrière pour pouvoir suivre les préceptes écolos, du moins en ville, car la vie bio coûte plus cher.
      (sauf si tout tourne autour du pseudo bio industriel!)
      Comme toujours, c’est une guerre idéologique, mais c’est surtout « la guerre » entre le bon sens et ceux qui sont dans le mauvais sens. ( tout dépend de l’endroit où on se situe bien sûr 😛 )
      Une secte prônant l’écologie rapporte peu au gourou comparé à ce que rapporte une usine polluante aux actionnaires.
      Et le bon sens en général rapporte toujours beaucoup moins de dividendes car il leur fait obstacle à court terme…

    • VLC, toujours aucun arguments solides, toujours et encore: le complot Ecolo-financier-gaucho-…. qui en veut aux bonnes gens honnêtes.
      En effet le CO2 est important pour la vie mais il peut-être également toxique donc polluant. Tout est une question de concentration.
      Un exemple, l’élévation du CO2 est mauvais pour les océans, un excès de CO2 produit acidifications des océans:
      http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0031478
      http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1196/annals.1439.013/abstract;jsessionid=5325F74436D2D5164295C8CC5FC4C537.f03t01
      (Encore de l’anglais… sorry.)
      Trop de Co2 est donc nuisible pour l`écosystème océanique. En conséquences peut-être encore moins de bon sushis (si on y rajoute la pêche industrielle…).
      Est-ce que vous avez un (ou plusieurs) véritable argument contre l’hypothèse du réchauffement climatique causé peut-être en partie par l’activité humaine (en particulier les rejets excessif de CO2)? (Plus solide que le complot)

  5. L’ensemble des activité humaines c’est maximum 3% du Co2, l’activité volcanique en libère 6%, vous voulez peut-être faire payer une taxe aux volcans aussi? En gros les océans rejettent 38%, le sol 26%, la faune et la flore 26%. Et vous voulez faire croire que c’est l’activité humaine qui est responsable de l’effet de serre? Il faut être réaliste et ne pas voir la réalité au travers d’une grille politique.
    De plus c’est l’augmentation de température qui fait que le Co2 augmente dans l’atmosphère et non l’inverse.

    http://www.liberterre.fr/gaiasophia/gaia-climats/generaux/caniculs.html

      • Je en saurais apporter de grosse pierre au débat, juste dire que la taxe kilométrique pour les camions a été décidé par Borlo sous Sarkozy (donc pas trop des marxistes), qu’une région française est pour, l’Alasace, l’une des 2 régions restées à gauche en France métropolitaine lors d’élections régionales il y a quelques années (sous Sarkozy ?) et qu’il y a un gros problème de partenariat public/ privée qui coute cher (une privatisation des profits et étatisation des pertes). Donc si c’est la gauche qui actuellement tente de faire appliquer une taxation écologique en France, ça a été décidé par la droite.

        Pour le reste, si l’activité humaine représente 3% du CO2, ça reste une très importante progression depuis le XIXe siècle et le début de l’air industrielle. Soit à l’échelle de temps de notre planète, une augmentation non négligeable.

    • SLV
      1) est ce que vous avez une reference scientifique pour les chiffres d’emission du CO2 que vous avancez?
      2) Les oceans rejettent du CO2 mais en absorbent egalement et un role essentiel dans l’equilibre des concentrations. Ils ne peuvent pas etre considerer comme un « producteur » pur de CO2 (http://www.sciencemag.org/content/305/5682/352.full
      http://www.sciencemag.org/content/305/5682/362.abstract?ijkey=2bbbb070bf72b04f7eec48004f09a6574c37342f&keytype2=tf_ipsecsha
      Le pdf de cet article publie dans Science se trouve ici egalement.
      http://www.atmos.ucla.edu/~gruber/publication/pdf_files/feely_sci_04.pdf).

      L’activite industrielle humaine a clairement un impact sur les concentrations de CO2. Les concentrations atmospherique sont actuellement ~380ppmv alors qu’elles etaient entre 200~280 sur plurieurs millenaires.
      Il y a eu une augmentation sensible et significative qui eu lieu apres le debut de l’ere industriel.
      (http://www.annualreviews.org/eprint/QwPqRGcRzQM5ffhPjAdT/full/10.1146/annurev.marine.010908.163834)

      Je pense aussi qu’il y a une derive politique et economique sur le theme du rechauffement climatique:
      Creation de bourses au CO2 (marche du carbone, http://fr.wikipedia.org/wiki/Marché_du_carbone) ou les taxes CO2 des etats. Mais le but de notre societe capitaliste n’est-il pas de faire de l’argent? Il me semble que c’est presque miraculeux le CO2 non? Faire de l’argent avec de l’air!!
      Il y a donc des interets importants opposes et financiers sur cette question. Il est clair que ceux qui ne veulent pas payer de futures taxes sur le CO2, ceux dont l’activite economique generent du CO2 (petroliers, voitures….) vont tout faire pour discrediter l’hypothese du rechaufement climatique et de l’impact du CO2 d’origine humaine.

    • Bien sûr. Les humains ne sont rien sur cette terre. Ce ne sont que de frêles et innocents petits êtres tout nus avec leur feuille de vigne qui ne produisent que la moitié de ce que produit les volcans en gaz carbonique. Ils n’ont aucun impact sur les sols qu’ils cultivent industriellement, la faune et la flore qu’ils contrôlent industriellement. Et ceux qui disent qu’il faut calmer cette frénésie de consommation excessive qui est la cause de cette folie industrielle destructrice ne sont que des bisounours illuminés enfermés dans une grille politique totalement coupée de la réalité pragmatique de l’économie réelle.
      Au fond, on est tous dans le même jardin d’Eden. Les candides humains à poils sautillant autour des petit animaux.
      Pourquoi polémique-t-on? On a tous cette même vision du paradis où nous vivons !!

  6. A propos des taxes « carbone », n’importe quel gouvernement de droite ou de gauche utilise cet argument pour ponctionner un peu plus les entreprises et les clients et ainsi assurer son train de vie et la gabegie qui va avec.
    En ce qui concerne l’entretien des routes publiques, les usagés le payent déjà dans les impôts et taxes, pour les privées la question ne se pose pas puisqu’elles sont payantes.
    A ma connaissance il n’existe aucune super machine capable de  » décarboniser » l’atmosphère pour laquelle on devrait payer.
    Le seul but de l’Etat étant d’assurer son train de vie dispendieux et de faire croire qu’il est indispensable à la vie d’un territoire et c’est bien parce que l’Etat trouve son compte dans cette supercherie du réchauffement climatique, qu’il en est l’un des premier promoteur et continue à faire la propagande dans les journaux et les TV subventionnés, car il s’agit bien de la propagande d’un mensonge qui mille fois répété a des allure de vérité auto-proclamée qui annule tout sens critique et terrorise tout hérétique à ce qu’on peut qualifier comme une nouvelle religion.

    • On est bien d’accord en fin de compte.
      Qu’il soit écolo néo-marxiste, greenwhashingo-libéral ou je ne sais quoi encore à des fins personnelles, mercantiles ou pseudo-politique, l’écologisme, c’est bien de la foutaise.
      Ce n’est pas l’écologisme qu’il faut inculquer dans la tête des gens, mais l’écologie!
      Et l’écologie est loin d’être une imposture!
      La preuve avec les avancées technologiques en constante évolution dans le domaine des énergies renouvelables.
      Et l’enjeu majeur d’une véritable volonté politique et écologique se trouve dans ce domaine-là…

  7. L’écologie c’est établir un équilibre entre ce qu’on prend et ce qu’on restitue à son environnement.
    Et je ne pense pas qu’il faille attendre quoi que ce soit du gouvernement et de l’Etat, ce sont les entreprises qui doivent innover pour trouver de nouvelle sources d’énergies comme elles l’ont faite jusqu’ici. l’Etat n’est qu’un boulet, un parasite qui est un frein à l’innovation.

  8. Les entreprises s’en foutent! Leur but n’est pas l’écologie mais de ramener du pognon aux actionnaires. Si l’écologie est un moyen de gagner plus alors les entreprises utiliseront l’écologie.
    Mais il ne faut pas rêver, pour le moment les énergies traditionnelles sont plus rentables.
    Quand à l’état son rôle se limite à flatter une frange de la population en prenant des mesures « écologiques » sans se mettre à dos l’industrie.

  9. Si gagner de l’argent n’est pas le but d’une entreprise c’est quoi alors? Demander des subventions à l’Etat qui volera autoritairement dans la poche des citoyens les fonds pour soutenir les entreprises de leurs copains qui perdent de l’argent?
    Les entreprises innoveront dans l’écologie parce que c’est la loi de l’offre qui crée des richesses. Le problème de l’écologie politique c’est de concevoir le monde et l’économie comme un gâteau limité à partager alors que les entreprises qui innoveront feront grossir le gâteau en trouvant de nouveaux ingrédients. C’est ce que l’ont fait quand on découvre de nouvelles sources d’énergie.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.