Tokyo (awp/afp) – Les grandes entreprises manufacturières japonaises se montrent plus pessimistes pour les tout prochains mois du fait des conséquences économiques du séisme du 11 mars, a annoncé lundi la Banque du Japon (BoJ) dans un supplément à son enquête trimestrielle Tankan de mars.

Selon les données publiées lundi, la prévision de confiance des importantes sociétés manufacturières nippones pour le trimestre d’avril à juin tombe à -2 points en prenant en compte les effets du tremblement de terre et du tsunami qui ont dévasté le nord-est de l’archipel, contre +3 pour les entreprises qui avaient répondu avant ce drame.

L’indice de confiance de ces mêmes firmes pour mars est de +6 pour celles ayant répondu après le 11 mars (contre +7 avant).

La Banque du Japon avait déjà publié vendredi les résultats globaux d’une première enquête Tankan en grande partie obtenus avant le 11 mars, lesquels ne reflétaient donc pas l’impact du terrible désastre survenu ce jour-là et qui risque d’avoir d’importantes répercussions sur l’activité industrielle.

Selon ce premier indice trimestriel Tankan, le moral de ces grandes firmes industrielles avait grappillé 1 point entre décembre et mars pour s’établir à +6 points et la prévision s’établissait à +2 pour les trois mois suivants.

La situation économique au Japon a cependant radicalement changé depuis le 11 mars.

Les dégâts sont énormes dans les zones les plus touchées où maisons, commerces et infrastructures n’ont pas résisté au raz de marée.

La catastrophe a en outre désorganisé de nombreuses entreprises, les fournisseurs peinant à approvisionner leurs clients, ce qui ralentit voir interrompt la production de secteurs stratégiques comme la construction d’automobiles ou la fabrication de composants électroniques.

Les effets redoutés de la catastrophe naturelle sont amplifiés par l’accident nucléaire qui s’en est suivi à la centrale Fukushima Daiichi (Fukushima N°1, nord-est) et à la pénurie d’électricité occasionnée par l’arrêt de ses six réacteurs ainsi que ceux d’autres sites de production pour les régions du nord et de l’est du Japon.

Les données plus détaillées de l’enquête Tankan publiées lundi font la distinction entre les sociétés qui ont répondu avant et après le 11 mars, tant pour leur sentiment en mars que pour leur estimation concernant les trois mois suivants.

Ces indicateurs révèlent qu’outre les grandes entreprises manufacturières, leurs homologues d’autres secteurs se montrent encore plus inquiètes à court terme. Leur prévision de confiance pour avril-juin descend à -4 points pour celles qui ont répondu après le 11 mars, soit une baisse de 11 points par rapport à l’indice de mars, et une différence négative de 4 points par rapport à la projection des sociétés de la même catégorie ayant émis leur jugement avant le 11 mars.

Quant aux moyennes et petites sociétés, elles sont proportionnellement plus nombreuses encore à craindre les conséquences du sinistre.

La projection pour l’indice de confiance d’avril à juin des moyennes firmes de tous les secteurs ayant répondu après le 11 mars s’établit en effet à -14 contre, -4 points pour le trimestre jusqu’à mars.

Pour les petites entreprises, les chiffres sont respectivement de -25 points pour avril-juin contre -15 points en mars, selon les avis recueillis après le 11 mars.

Jusqu’à la catastrophe, les entreprises nippones misaient sur un petit regain de demande intérieure et sur la dynamique résultant de la croissance dans les pays émergents et de la reprise dans les nations riches.

Les entrepreneurs étaient néanmoins préoccupés par la cherté de la monnaie japonaise, un mouvement ascensionnel stoppé actuellement, notamment du fait d’une intervention concertée de plusieurs grandes banques centrales après le séisme.

[mm
(AWP/04 avril 2011 06h31) – Article original sur romandie.com->http://www.romandie.com/infos/news/201104040631100AWP.asp]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentFukushima: tentative de colmatage d’une fuite radioactive vers l’océan
Article suivantFukushima: Tepco va rejeter 11.500 tonnes d’eau radioactive en mer