L’idée de Wa est souvent traduite par paix ou harmonie. Pour les Japonais, l’état de Wa correspond au fait de bien s’entendre, de vivre en harmonie, comme des notes de musique qui vibrent ensemble pour former un son agréable.

AZRA-9-icone-WaUn tel état est qualifié de plaisant, de beau. Pour cette raison, on cherche en permanence à éviter la discordance, ce qui est facilité par des rôles prédéterminés et des formules convenues. En toutes circonstances, il s’agit « lire l’atmosphère » et de répondre à l’attente générale.

Dans les mots composés, « wa 和 » renvoie à ce qui est japonais, comme dans « washitsu 和室 » (pièce japonaise) ou « washoku 和食 » (cuisine japonaise), associant ainsi ce qui est japonais à ce qui est beau et harmonieux.
Dans les mots composés, « wa 和 » renvoie à ce qui est japonais, comme dans « washitsu 和室 » (pièce japonaise) ou « washoku 和食 » (cuisine japonaise), associant ainsi ce qui est japonais à ce qui est beau et harmonieux.

L’avantage de cette quête permanente de maintien du Wa est qu’on se dispute rarement et que les gens sont, dans leurs comportements ordinaires, remarquablement polis et gentils. La caissière ne vous dira jamais d’avancer plus vite, et l’employé administratif ne vous traitera jamais comme, parfois, celui de la sécu française.

Cependant, la priorité donnée au Wa a aussi des conséquences néfastes. Pour une chose, les gens évitent souvent d’énoncer les problèmes. Dans la vie de tous les jours, les “faux-consensus” sont légions. Il s’agit de décisions que tout le monde, en son for intérieur, trouve mauvaises… mais qu’on adopte tout de même, parce que chacun pense que les autres les approuvent.

D’ailleurs, au Japon, la politique et le militantisme n’ont pas grand succès auprès du public ordinaire, car ils cherchent justement à bousculer l’état des choses. La notion de droit individuel même fonctionne mal car elle met l’accent sur les personnes plutôt que sur les rôles sociaux.

Un comportement considéré comme inacceptable peut provoquer une soudaine explosion de violence
Un comportement considéré comme inacceptable peut provoquer une soudaine explosion de violence

On observera parfois des explosions de colère au Japon. Elles se produisent souvent quand le Wa a été brisé. Quelqu’un qui franchit les bornes conventionnelles de l’acceptable peut s’exposer à une explosion de violence d’autant plus surprenante que tout se passe d’habitude de façon policée.

À ce propos, le domaine de la politique étrangère est un cadre dans lequel les Japonais peinent souvent à établir des situations harmonieuses. Confrontés à certains de leurs voisins, ils estiment typiquement que leurs interlocuteurs sont des briseurs de « Wa », et que dans ce cas, l’antagonisme, l’entêtement et la brutalité sont de mise. Il est clair que ce mode de pensée interdit toute normalisation; les choses ne peuvent qu’aller de mal en pis.

Pour en savoir plus : Jean-Luc Azra (2011) «Les Japonais sont-ils différents?» (Éditions Connaissances et Savoirs)