Le premier opérateur de télécommunications cellulaires japonais, NTT Docomo, et le géant de l’impression japonais Dai Nippon Printing (DNP) ouvriront mercredi leur service de distribution de livres numériques pour mobiles, tablettes et PC, en parallèle d’une offre imprimée.

Les deux groupes ont créé récemment une coentreprise baptisée 2Dfacto, à laquelle est aussi associé le groupe de librairies CHI, pour gérer leur librairie virtuelle commune, basée sur un service existant de livres numériques de DNP.

Ils proposeront d’abord 20.000 titres et prévoient de présenter quelque 100.000 références de livres, mangas et magazines d’ici à quelques semaines.

Ces ouvrages numérisés téléchargeables, au tarif de vente inférieur de 10 à 20% à celui des versions imprimées, seront notamment lisibles sur sept terminaux divers (téléphones de type smartphone, tablettes) proposés par NTT Docomo, un éventail qui sera étendu par la suite.

« Nous ne voulons pas nous démarquer par le prix mais grâce à la bibliothèque proposée et à la facilité d’utilisation du service, ainsi que via les possibilités qu’offre le couplage d’un catalogue d’ouvrages numériques et imprimés », a insisté un reponsable de DNP, Motoharu Kitajima, lors d’une conférence de presse.

« DNP dispose de technologies ultra-performantes de numérisation et d’impression et NTT Docomo d’un réseau et d’un système de paiement éprouvés, ainsi que d’un nombre conséquent d’abonnés », a pour sa part souligné le directeur de 2Dfacto, Takehiko Ogi.

Dans le courant de l’année, l’offre numérique sera combinée avec celle de CHI qui détient plusieurs réseaux de librairies, exploite une riche base de données et a une longue expérience dans la vente de livres, y compris en ligne.

Les trois groupes disent miser sur une offre « hybride », via des combinaisons papier/électronique apportant une valeur ajoutée nouvelle, et grâce à des programmes de fidélité communs, afin de faire croître le marché du livre en général.

2Dfacto vise un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 40 à 50 milliards de yens (363 à 455 millions d’euros au cours actuel) au bout de la cinquième année, selon un directeur général adjoint de NTT Docomo, Kiyoyuki Tsujimura.

[Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés.->

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentCécile Corbel, artiste bretonne, signe la musique du dernier Miyazaki
Article suivantL’art de vivre japonais : “Une âme saine dans un corps sain”