Le géant de l’électronique japonais Panasonic a annoncé mercredi un bénéfice net de 114,7 milliards de yens (1,05 milliard d’euros) pour les neuf premiers mois de 2010-2011, ses ventes ayant été fortement aidées par le rachat de Sanyo, mais cette fusion va aussi coûter.

A l’issue des mois d’avril à décembre 2010, Panasonic a totalisé un chiffre d’affaires de 6.653,36 milliards de yens (60,5 milliards d’euros), contre 5.220 milliards de yens un an plus tôt.

Ce bond spectaculaire s’explique d’une part par un regain des ventes d’appareils grand public (dont les téléviseurs au Japon), et est dû d’autre part à l’apport de Sanyo et de Panasonic Electric Works, deux filiales dont Panasonic a pris le contrôle fin 2009.

Pour les neuf premiers mois de l’année budgétaire 2010-2011, Panasonic a ainsi dégagé un bénéfice d’exploitation de 264,33 milliards de yens (2,4 milliard d’euros), plus que doublé sur un an. Il a retrouvé le niveau connu deux années plus tôt.

Cette nette amélioration provient non seulement de la hausse des recettes, mais aussi des mesures prises pour amoindrir les dépenses et renforcer la compétitivité des produits du groupe sur les marchés internationaux où ils affrontent la concurrence sud-coréenne.

Panasonic est parvenu de la sorte à gommer les effets néfastes de la très forte augmentation de la monnaie japonaise face au dollar et à l’euro, notamment depuis l’été 2010.

« En dépit d’un repli des ventes de téléphones portables et appareils photo numériques, les revenus tirés des matériels électroniques grand public ont progressé, tirés par les achats d’enregistreurs vidéo Blu-Ray et de téléviseurs », a expliqué Panasonic.

Sur le volet de l’électroménager, les ventes de réfrigérateurs, climatiseurs et compresseurs ont notamment été portées par des subventions exceptionnelles et un été très chaud au Japon.

La filiale Panasonic Electric Works (PEW), qui fournit des matériaux et appareillages pour les bâtiments, a vu aussi ses ventes s’élever, du fait entre autres d’un redémarrage touchant le secteur de l’immobilier au Japon.

Quand à la société Sanyo, elle a notamment bénéficié de bonnes ventes de systèmes solaires grâce aux divers plans de soutien à l’achat de ce type d’équipement écologique, au Japon et ailleurs.

Pour le seul troisième trimestre (octobre à décembre), les ventes de Panasonic ont certes augmenté de 21% à 2.285 milliards de yens (21 milliards d’euros), mais le profit d’exploitation a été un peu érodé, pour s’établir à 95,3 milliards de yens (866 millions d’euros), du fait de la concurrence qui entraîne les prix vers le bas et oblige Panasonic à sacrifier une partie de ses marges.

Pour l’ensemble de l’année en cours, qui sera achevée le 31 mars, Panasonic a prudemment conservé ses prévisions de fin juillet, espérant toujours totaliser un chiffre d’affaires de 8.900 milliards de yens (+20% sur un an). Il pense dégager un bénéfice d’exploitation de 310 milliards de yens (+62,8%) et un profit net de 85 milliards, contre une perte l’an budgétaire passé.

Le résultat net annuel sera inférieur à celui des neuf premiers mois en raison de frais exceptionnels de restructuration, liés à l’absorption de Sanyo et Panasonic Electric Works.

[(©AFP / 02 février 2011 08h23) – Romandie.com->http://www.romandie.com/ats/news/110202072355.a0vlz3nz.asp]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentFootball: Le Japon réintègre le Top 20
Article suivantDes sumotori suspectés de participation dans des paris truqués