Connaissez-vous les Yôkai ? Le mot « Yôkai » est composé des kanji 妖 : attirant, ensorcelant ou calamité et 怪 : apparition, mystère, méfiant.

Le jeu vidéo "Yôkai Watch" 2 de Level 5
Le jeu vidéo « Yôkai Watch » 2 de Level 5 sorti sur Nintendo 3DS

Les japonais utilisent ce mot pour désigner les fantômes, les monstres, les fées ou tout être vivant, forme d’existence ou phénomène extraordinaire, mystérieux, bizarre, étrange et sinistre. Malgré leurs comportements espiègles et parfois même pouvant être considérés comme malveillants, les Yôkai apportent la chance à ceux qu’ils rencontrent.

On les trouve souvent sous les traits d’animaux (kappa semblable à une tortue, ou tengu,sorte de créature ailée), mais ils peuvent également avoir des traits plus humains(le tengu peut aussi être représenté sous une apparence presque humaine). Quelques-uns ressemblent même à des objets inanimés et d’autres n’ont pas de forme perceptible.

Les fameux masques de Tengu au long nez - Photo : CC3 Snake Head 1995
Les fameux masques de Tengu au long nez – Photo : CC3 Snake Head 1995

Il existe un grand nombre, ainsi qu’une grande variété de Yôkai dans le folklore japonais. L’un d’entre eux, le Ittan-momen, est un monstre de tissu constitué d’environ 992m2 de coton. Il existe également le Makura-gaesi dont la principale occupation est de tourner sur les oreillers et pour lequel nous pouvons nous interroger sur l’utilité…

La croyance en les Yôkai est appelée par les japonais « la non religion » ou le plus souvent « l’animisme ». L’animisme est la croyance en une âme, une force vitale, animant les êtres vivants, les objets mais aussi les éléments naturels, comme les pierres ou le vent, ainsi qu’en les génies protecteurs.

La plupart des japonais sont animistes. Les anciens croyaient en l’existence d’un nombre infini de kami (divinités ou esprits vénérés dans la religion shintoïste) et de Yôkai.

Durant la période Edo, certains de ces Yôkai ont été créés par des artistes, tel que Toriyama Sekien, qui se sont inspirés du folklore ou de leurs propres idées. Aujourd’hui beaucoup de ces Yôkai créés sont considérés comme des légendes originales (et non des créations moderne).

La montre-bracelet «Yôkai-watch» (© S_Babie)
La montre-bracelet de la licence «Yôkai-watch»  et faire comme dans l’animé !(© S_Babie)

En 2013, la société de production Level-five a produit le jeu vidéo Yôkai-watch sur Nintendo 3DS. Ce jeu est l’un des plus populaires auprès des enfants japonais surpassant même Pokémon.

De par son succès, un anime et des manga ont été produits sur le thème de Yôkai-watch. De nombreux produits dérivés ont également vu le jour, et notamment la montre-bracelet.

Bien entendu, cette montre nécessite des accessoires. Les Yôkai-medals sont des médailles vendues dans les magasins de jouets ou les Kombini, tel que Seven-Eleven, Lawson, etc. Les enfants et leurs parents font la queue pour acheter ces Yokai-medals.

« Je ne suis pas intéressé par ces Yôkai-watch, mais j’ai déjà regardé l’anime passant le matin. C’est très drôle, car on retrouve le même humour que nous avions dans les dessins animés que nous regardions enfants. L’un des YôkaiJibanyan est si mignon, mon portefeuille n’y résistera pas longtemps » nous livre un correspondant japonais.

«Jibanyan» personnage du dessin animé «Yôkai-watch» (© S_Babie)
«Jibanyan» personnage « kawaii » du dessin animé «Yôkai-watch» (© S_Babie)

Nouveau phénomène social au Japon, Yôkai-watch a même réussi à surpasser Pokémon. Ce nouveau phénomène va-t-il bientôt arriver en France ?

Ingrid – Sources : S_Babie

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentUn nouveau jour férié pour la montagne
Article suivant«Les nôtres» et «les autres» : l’inévitable division entre intérieur et extérieur

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.