par Leika Kihara

TOKYO (Reuters) – L’excédent commercial du Japon s’est établi à 138,6 milliards de yens (816 millions d’euros) en juin, ce qui
représente une baisse, plus marquée que prévu, de 88,9% par rapport à la même période il y a un an.

La prévision médiane des économistes était d’un excédent de 503,0 milliards de yens, soit une baisse de 59,6%.

La contraction plus forte que prévu de l’excédent commercial s’explique essentiellement par la baisse, la première en près de
cinq ans, des exportations, ce qui laisse à penser que le ralentissement économique provoqué par l’effondrement du marché des
« subprime » aux Etats-Unis il y a près d’un an commence à se faire sentir auprès des pa ys clients du Japon.

Les exportations ont reculé de 1,7% alors que les économistes attendaient une hausse de 3,8%. Les importations ont de leur
côté augmenté de 16,2%.

Vers les Etats-Unis, les exportations ont chuté de 15,4%, ce qui représente le dixième mois de baisse consécutive. Les
exportations vers l’Europe reculent pour le deuxième mois consécutif.

Vers le reste de l’Asie, leur croissance s’est poursuivie à 1,5%, soit leur rythme le plus lent depuis mai 2005. Les ventes à la
Chine ont augmenté de 5,1% après une hausse de 12,2% en mai.

FIN DE CYCLE?

« Les exportations vers de nombreux pays asiatiques ont diminué par rapport à l’année précédente, ce qui suggère une fin de
cycle pour le commerce intra-régional asiatique », a noté Maiko Noguchi, économiste pour Daiwa Securities SBMC.

« Si le ralentissement se poursuit aux Etats-Unis et en Europe, les économies asiatiques en seront affectées. La seule
demande des pays émergents ne suffira pas à entraîner la croissance des exportations », a-t-elle ajouté.

La baisse des exportations est un signe inquiétant pour la deuxième économie mondiale, qui connaissait depuis 2002 sa plus
longue période de croissance depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L’archipel craint désormais de voir ce cycle toucher à sa fin. Au premier trimestre, la croissance du produit intérieur brut (PIB)
de 1% avait fortement dépendu des exportations de produits japonais.

« D’après les données, la contribution des exportations au PIB d’avril-juin sera probablement nulle, voire négative », a estimé
Junko Nishioka, économiste de la Royal Bank of Scotland.

« Etant donné la faible consommation des ménages et le manque d’investissements, la question n’est plus de savoir si le PIB va
diminuer au deuxième trimestre, mais de combien il va diminuer », a-t-il ajouté.

La Banque du Japon pourrait avoir à abaisser à nouveau ses prévisions de croissance si la demande des marchés émergents
continuait de se réduire, a indiqué Atsushi Mizuno, membre du comité de politique monétaire de la banque centrale.

Version française Benoit Van Overstraeten et Gregory Schwartz

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLa danse du ventre des producteurs devant des consommateurs blasés au Japon
Article suivantPortrait d’une nageuse japonaise: Masayo Imura