Quotidiennement, notre équipe sélectionne et trie toute l'actualité du Japon afin de vous livrer l'essentiel de l'information japonaise. Nos revues de presse sont composées de quatre à cinq sujets, principalement axés sur la politique, l'économie, la société ou encore les faits divers, puis un dernier plus léger pour vous faire découvrir un autre regard de l'Archipel.

Cette revue de presse est offerte avec les abonnements à Japon infos et sera inaccessible prochainement pour les non-abonnés.

Dans la revue de presse du vendredi 18 mai, nous allons aborder : trois nouvelles plaintes pour les stérilisations forcées, les chiffres accablants des victimes de maltraitance n’ayant pas été dédommagées, un moine qui porte plainte contre son temple et un groupe d’idoles pop qui se fait connaitre par ses opérations de nettoyage.

Stérilisations forcées : nouvelles plaintes

Trois nouvelles victimes ont porté plainte ce jeudi contre le gouvernement pour les stérilisations forcées qu’elles ont subies. Une loi eugénique d’après guerre autorisait en effet la stérilisation des personnes handicapées. Les victimes espèrent des excuses et des dédommagements du gouvernement.

Pas de compensation pour les enfants abusés

Plus de 90% des enfants victimes de maltraitance et des victimes de violences sexuelles n’ont reçu ni dédommagement, ni aide publique. C’est ce que révèlent les données de police publiées aujourd’hui. Un problème qui serait principalement dû au manque de connaissance des services existants, selon le Japan Times.

Plainte d’un moine contre son temple

Un moine employé par un temple du mont Kôya, site classé au patrimoine mondial, a porté plainte contre le lieu de culte. Il a déclaré avoir fait une dépression causée par un temps de travail trop important. Le plaignant demande 8,6 millions de yens. 

Idoles de la propreté

Un groupe de musique pop en combinaison flashy nettoie les déchets dans les rues de Nagoya. Un évènement mené le 17 avril en compagnie de leurs fans pour rendre la ville plus propre tout en dynamisant les communautés locales. Les cinq vedettes de « Nagoya Clear’s », qui se désignent comme une « unité de nettoyage » allient ainsi bonne action et opération de communication dans le pays où le même mot désigne « beau » et « propre ».