Quotidiennement, notre équipe sélectionne et trie toute l'actualité du Japon afin de vous livrer l'essentiel de l'information japonaise. Nos revues de presse sont composées de quatre à cinq sujets, principalement axés sur la politique, l'économie, la société ou encore les faits divers, puis un dernier plus léger pour vous faire découvrir un autre regard de l'Archipel.

Cette revue de presse est offerte avec les abonnements à Japon infos et sera inaccessible prochainement pour les non-abonnés.

Dans la revue de presse du vendredi 6 avril, une controverse sur le sexisme dans le milieu du sumô, la disparition du maitre Isao Takahata, un nouveau décès par excès de travail et un festin de burgers préparés avec des ingrédients venus de Fukushima.

Sumô et discrimination

Nouvelle controverse dans le sumô cette semaine. Un arbritre a ordonné à deux femmes de sortir du dohyô, le ring, alors qu’elles voulaient porter assistance à un officiel qui faisait un malaise. Une discrimination qui trouve son explication dans une tradition qui perdure. Le ring est considéré comme un lieu sacré interdit aux femmes. Le président de l’association de sumô a présenté des excuses, déclarant que l’arbitre était troublé et a répondu de manière inapropriée à une situation dangereuse. Il a remercié les femmes pour leur initiative.

Disparition du maitre Isao Takahata

Le co-fondateur du célèbre studio Ghibli et réalisateur, entre autres, du Tombeau des lucioles est décédé ce jeudi 5 avril à 82 ans des suites d’un cancer des poumons. Né en 1935 dans le département de Mie, il a étudié la littérature française à l’université de Tôkyô avant de rejoindre le monde de l’animation et le studio Tôei, où il rencontra son ami et rival Hayao Miyazaki. Avec Ghibli, les deux hommes commencèrent à écrire l’une des plus belles pages de l’animation japonaise. Son dernier film en tant réalisateur date de 2013 avec Le Conte de la princesse Kaguya.

Nouvelle mort par excès de travail

La mort d’un employé de 38 ans en janvier 2017 était due à un excès de travail. C’est ce qu’a reconnu ce jeudi le bureau des normes du travail de Yonezawa, dans le département de Yamagata. L’homme, qui travaillait pour un sous-traitant de Renesas Electronics Corp, était rentré chez lui à 23h, avait pris un bain, mangé puis était mort dans son lit d’une crise cardiaque. La famille avait porté plainte contre la compagnie. La mort pour excès de travail est appelée karôshi au Japon.

Burgers made in Fukushima

Un évènement organisé dans le quartier de Shibuya à Tôkyô proposait récemment des burgers maison fait exclusivement à partir d’ingrédients provenant du département de Fukushima. Les organisateurs souhaitaient promouvoir l’agriculture locale, qui a sérieusement souffert de la catastrophe nucléaire de mars 2011, et ainsi relancer l’économie de cette région. Malheureusement l’évènement n’a pas attiré les foules et une trentaine de personnes ont pu déguster ces burgers.