Suivre la conférence sur « Tradition et modernité du théâtre japonais » permettra de mieux comprendre le spectacle « Utsushi » que la compagnie Sankaï Juku donnera ce week-end à Châteauvallon. Une conférence de Jacques Keriguy, l’érudit président de l’association Yamato-Kaï qui organise, en collaboration avec la Fondation du Japon, l’exposition « Splendeurs de Kyôto » (voir par ailleurs)…

Les formes théâtrales

Kagura sont des danses très anciennes, liées au développement du shintô, religion d’Etat. Le nô, drame lyrique, est la synthèse des formes théâtrales antérieures, réunissant musique, danse et poème. Le « nô » est « le carrefour des songes oscillant entre monde réel et monde invisible ». Enfin, le kabuki, né à Kyôto pour satisfaire aux aspirations d’une bourgeoisie fortunée, est un théâtre de la vie, un théâtre total, avec ses contradictions et ses excès.

Les origines du Butô

Après une période d’échanges entre Orient et Occident, les danseurs de Butô ont été marqués par Nijinsky, « enraciné au sol tel un arbre ». Le Butô, né d’une réaction à la bombe atomique dans les années cinquante, voulait à la fois empêcher l’oubli et saluer la vie qui continue. Le butô se veut danse, imprégné de désespoir depuis que le japon a été humilié, par la défaite et maltraitée par l’ordre américain. Le butô est méditation sur l’action : la danse n’est pas mouvement mais révélation des pulsions du danseur. Le danseur utilise un espace minimal, il appartient à la terre. Le Je se fond dans le Tout, l’Univers. Le corps et l’esprit ne sont pas séparés, comme en Occident. Le butô marque cette relation au corps et au cosmos.

Le butô est-il compréhensible ?

Il est, certes, à notre portée, mais la lecture en sera partielle, parfois pleine de contresens. L’idéal est d’entrer dans l’âme japonaise, à tout le moins d’en avoir quelques clefs. En reliant les formes théâtrales japonaises entre elles, et en les explicitant, Jacques Keriguy vous aidera à en trouver.

Conférence avec extraits filmés de kabuki et d’interviews de Ushio Amagatsu, jeudi 18 et vendredi 19 juillet à 19 h 30. Entrée libre sur réservation au 04.94.22.02.02.
L. D.

www.varmatin.com

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLes Japonais vont enfin découvrir Ponyo, le 10e film d’animation de Miyazaki
Article suivantJapan Expo 2008 – Rencontre avec Junko Kawakami

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.