Un ancien ministre des Services financiers, Yoshimi Watanabe, annonce qu’il quitte la formation au pouvoir, le Parti libéral-démocrate, portant un coup au Premier ministre japonais Taro Aso dont la popularité est au plus bas en ce début d’année électorale.

Watanabe, qui a publiquement critiqué ces derniers temps la politique menée par Aso, 68 ans, a déclaré à la presse qu’il remettrait une lettre de démission mardi aux instances dirigeantes du PLD, parti qui domine la vie politique japonaise depuis plus d’un demi-siècle.

Watanabe avait d’ores et déjà préparé le terrain en annonçant récemment qu’il quitterait les rangs du PLD si le parti adoptait un plan de soutien à l’économie consistant à effectuer des versements aux ménages.

Des élections à la chambre des représentants – chambre basse du parlement – doivent avoir lieu cette année. Or, le Parti démocrate du Japon (PDJ, opposition) contrôle déjà la chambre haute, la chambre des conseillers, et la cote de popularité de Taro Aso est tombée sous la barre des 20%, au vu d’un sondage diffusé ce week-end par l’agence de presse Kyodo.

De son côté, Taro Aso a assuré lundi qu’il ne démissionnerait pas, malgré la série de mauvais sondages le concernant. « Je ne quitterai pas le pouvoir », a-t-il dit à la chaîne Fuji Television.

Aso a été élu en septembre dernier à la tête du PLD – devenant automatiquement ainsi le nouveau Premier ministre -, avec pour mission de regonfler la popularité du parti au pouvoir en vue des élections à la chambre basse, qui doivent avoir lieu d’ici le mois de septembre.

Ses deux prédécesseurs ont démissionné après un an au pouvoir, alors qu’ils étaient confrontés eux aussi à une popularité en chute libre. Aso a estimé que la priorité n’était pas encore à des élections mais à l’adoption de mesures pour tenter de redresser une économie entrée en récession.

La domination du PDJ sur la chambre des Conseillers fait que l’opposition peut retarder l’adoption du collectif budgétaire et du budget pour la prochaine année fiscale (avril 2009 à mars 2010) qu’Aso tente de faire passer au parlement.

Ce blocage a alimenté les rumeurs selon lesquelles Aso pourrait accepter des élections anticipées en échange de la promesse de l’opposition de ne pas retarder l’adoption du budget.

« Si je dissolvais tout de suite la chambre, cela serait-il efficace pour la politique économique? Aucune décision ne serait prise pendant deux mois », a-t-il dit.

Chisa Fujioka, version française Eric Faye

[lexpress.fr->http://www.lexpress.fr/actualites/2/un-ex-ministre-quitte-le-pld-au-japon-coup-dur-pour-taro-aso_731138.html]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLes Japonais fous de « sex-toys »
Article suivantL’excédent courant au Japon chute sans surprise de 65,9% en novembre sur un an