Park Geun-Hye, première présidente de la Corée du Sud en fonction depuis février 2013, lors d’une interview accordée à la BBC le 4 novembre, s’est dite sceptique concernant un éventuel sommet Corée du Sud – Japon. La principale raison est le refus du Japon à faire des excuses concernant ses « méfaits » lors de la guerre.

Cheong Wa Dae - Presidente de la Republique de Corée
La présidente de la République de Corée du Sud

Les relations entre la Corée du Sud et le Japon restent toujours aussi tendues, alors que les deux pays devraient plus que jamais faire front commun contre Pyonyang et son programme nucléaire. Cependant aucune amélioration ne semble envisageable tant que le Japon persistera à ne pas reconnaître ses crimes de guerre et s’en excuser officiellement.

Les viols et le traitement reçu par les femmes coréennes durant le règne colonial du Japon entre 1910 et 1945 restent une source de traumatisme et de colère pour le peuple coréen. En effet ces femmes coréennes qu’on appelait des « femmes de réconfort » étaient littéralement réduites à l’état d’esclaves sexuelles pendant la guerre dans les bordels militaires. De plus la revendication des rochers de Liancourt (appelés au Japon « Takeshima » et en Corée « Dokdo ») est un point de conflit qui complique encore plus un rapprochement entre les deux pays.

Park Geun-hye déclare lors de l’interview que: « Si le Japon continue à se borner dans cette même perception de l’histoire et à répéter le même discours, à quoi servirait un sommet? ». La présidente n’a pas encore rencontré une seule fois Shinzo Abe depuis son investiture.

Elle ne referme cependant pas la porte à une éventuelle rencontre avec Kim Jong Un, confie-t-elle la semaine dernière au Figaro.

Daï Kaho – Sources: The Japan Times – BBC – Le Figaro

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentUn pliage, 1000 grues et l’ombre d’un espoir
Article suivantAujourd’hui au Japon le 5 novembre 2013

13 Commentaires

  1. A la place des officiels nippons, je jouerais le jeu pour être en position de force. je ferais la courbette, je m’excuserais mille et une fois. Et si les Coréens continuaient à se la jouer avec leur orgueil légendaire, là je pourrais leur balancer leur vérité. Mais l’orgueil n’est pas légendaire qu’en Corée. C’est un sentiment qui touche le monde entier tel un parasite. Et ça rend les gens tellement stupide. Au Japon, ils en tiennent aussi une sacrée couche.
    Je ne vois pas pourquoi Park Geun-Hye devrait être conciliante au sujet du passé colonialiste du Japon. Je comprends tout à fait la position coréenne tant qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil levant…

  2. Les rapports entre la Corée et le Japon sont très compliqués. Comme l’a dit Iah-Hel, se concentrer sur l’avenir est important, cependant est-il possible de bâtir quelque chose sur des bases pas totalement saines?
    Bien que les douloureux souvenirs de la guerre appartiennent au passé, le travail de mémoire est d’une importance capitale, car il détermine à un certain degré une vision de l’avenir.
    Je vais me permettre un parallèle très très grossier, mais comment réagirait-t-on si l’Allemagne demain commençait à minimiser l’impact de la Shoah? (Bon ok, Jean-Marie Le Pen l’a déjà fait mais bon!)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.