Selon une étude récente émise ce dimanche 14 janvier, le nombre d’incidents lié au travail ont tué 22 étrangers en 3 ans. Cela reflète le risque que les travailleurs étrangers encourent face à des conditions dangereuses ou de mauvaise gestion. 


Les résultats de cette étude

Ces 3 dernières années, il y a eu en moyenne 475 accidents du travail par an dont 22 décès. Ces 475 accidents ont fait objet d’indemnisation par l’assurance des accidents de travail et qui nécessitaient  quatre jours ou plus de congé pour ces travailleurs.

Les stagiaires étrangers sont en augmentation avec 167 641 en 2014, 192 655 en 2015 et 228 589 en 2016. Du coup, si on tient en compte les 22 décès survenus durant ces 3 années, le taux de décès lié au travail est de 3,7 décès pour 100 000 stagiaires.

Les causes

Les causes de ces 22 décès sont pour la plupart liées à des simples accidents de travail mais l’un d’eux est dû à un surmenage. D’après Akira Hatate, directeur de l’Union des Libertés civiles au Japon, le fait que ces accidents soient plus fréquents chez les non-japonais est dû au fait qu’ils ne connaissent pas aussi bien les lieux de travail des japonais, qu’ils travaillent en général dans des petites ou moyennes entreprises qui accordent peu d’importance à la sécurité et à la santé de leurs employés. De plus, la frontière de la langue peut être aussi un problème.