Le Japon donne un coup d’accélérateur au développement des véhicules électriques et aux infrastructures qui les accompagnent.

Je vous ai mentionné que Fuji Heavy Industries (FHI, la maison mère de Subaru), la société de production et de distribution d’électricité TEPCO (Tokyo Electric Power Co.) et NEC Lamilion Energy travaillent ensemble sur la petite voiture électrique baptisée « Subaru R1e » (voir article). Et depuis 2005, Mitsubishi concocte sa i MiEV électrique. Il a livré son premier prototype à TEPCO en mars 2007 pour des tests. En 2008, ces deux partenaires ont débuté l’expérimentation de la dernière version de la i MiEV : Mitsubishi a confié 10 de ses nouveaux modèles à TEPCO. Cette phase d’expérimentation va se poursuivre jusqu’en mars 2009 au Japon. Si les résultats des essais sont concluants, le constructeur envisage de commercialiser la i MiEV dès 2009 au Japon et dès 2011 en Europe et en Amérique du Nord

En parallèle, TEPCO envisage de mettre en place 200 stations de recharge pour véhicules électriques dans l’agglomération de Tokyo au cours de l’exercice 2009 (dans les parking, les centres commerciaux…). Le coût total d’une station ? Environ 4 millions ¥ (36 500 US$, 24 326 €). Son ambition : 1 000 stations de recharge d’ici 2011. Il a notamment développé un système de recharge rapide : il permet à une auto électrique de rouler 40 km après une recharge de 5 minutes et 60 km après une recharge de 10 minutes. L’avenir appartient à la propulsion électrique au Japon !

http://ecologie.caradisiac.com

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe Japon s’inquiète de l’augmentation du travail précaire
Article suivantLes japonais aussi pètent parfois les plombs