Malgré les avertissements du président de la Fédération asiatique de handball (AHF), le Japon a décidé d’organiser de nouveaux matchs de la zone Asie comptant pour les Jeux Olympiques après les qualifications controversées du Koweït et du Kazakhstan.

Le Japon et la Corée du Sud se rencontrent mardi à 10h20 GMT pour un quota olympique féminin, tandis que leurs équipes masculines s’affrontent mercredi. Quant aux autres sélections, elles ont préféré s’abstenir, craignant des représailles de l’AHF.

Le président de celle-ci, le Koweïtien Cheik Ahmad Al-Fahad, avait souligné dimanche que les résultats des premiers tournois de qualification demeuraient valides. Là-dessus, il avait menacé de sanctions les pays qui prendraient part au tournoi de Tokyo.

Al-Fahad avait également indiqué que le comité de l’AHF avait rejeté la décision prise en décembre par la Fédération internationale de handball (IHF) de faire rejouer les matchs qualificatifs de la zone Asie, après les protestations du Japon et de la Corée du Sud.

Le Koweït, qui préside actuellement la fédération asiatique, chez les hommes, et le Kazakhstan, chez les femmes, avaient remporté l’été dernier les tournois qualificatifs pour les Jeux de Beijing, mais les équipes perdantes avaient mis en doute l’impartialité des arbitres.

Le président de l’AHF, qui siège également au Comité international olympique (CIO), a par ailleurs fait savoir que la candidature de Tokyo à l’organisation des jeux Olympiques de 2016 pourrait être discréditée si le Japon accueillait ces matchs.

A quoi Yoshihide Watanabe, le président de la Fédération japonaise de handball, a rétorqué lundi en disant que le fait de rejouer les qualifications n’avait « absolument aucun rapport » avec la candidature de Tokyo.

Source : BOCOG

PARTAGER