Comme chaque année, l’Association de test d’aptitude à l’écriture a publié en décembre dernier le résultat du vote du caractère chinois représentatif de l’année qui s’achève. Avec 4,34% des voix, le kanji 2015 est ainsi 安, à lire le plus souvent « an » ou « yasu ». Cet élément graphique, calligraphié comme de coutume par un moine au temple Kiyomizu-dera à Kyôto, revêt des significations différentes, selon les termes qu’il compose. Pourquoi a-t-il remporté la majorité des voix ?

Cet article est réservé aux abonnés de Japoninfos.
Il vous reste 75% de l'article à lire. Pour le découvrir en entier abonnez-vous au CLUB japoninfos.

Par Jean-François Heimburger, journaliste