Dans cette revue de presse de ce mercredi 20 mars 2019, nous aborderons : Trump qui veut trouver un accord de libre-échange avec le Japon, le gouverneur Tamaki qui interpelle encore le Premier ministre Abe, et la première importante découverte de la sonde Hayabusa 2.

Les États-Unis en faveur du libre-échange

Le président américain Donald Trump, lors d’une conférence de presse à Washington, a déclaré son intérêt pour le marché agricole japonais et souhaite trouver un accord de libre-échange avec le Japon.
Un rapport a montré qu’au-delà de l’agriculture, « d’autres barrières tarifaires et non tarifaires entravent les exportations de biens et de services des États-Unis vers le Japon », alors que les importations de bœuf au Japon, depuis l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Canada et Mexique, ont bondi de plus de 50% en janvier comparé à l’année précédente mettant le marché agricole américain en désavantage. Mais, plus que l’agriculture, l’administration américaine exhorterait le Japon à augmenter ses achats de gaz naturel liquéfié aux États-Unis.
Les négociations ne commenceront pas avant avril ou mai, car les États-Unis se concentre actuellement sur les négociations commerciales avec la Chine.

Le gouverneur d’Okinawa relance Abe

Le gouverneur Tamaki a fait cette demande après avoir obtenu le soutien renouvelé de la population locale dans son combat pour stopper le transfert de la base aérienne américaine de Futenma. Il a également dit à Shinzô Abe que le gouvernement d’Okinawa retirera sa demande de suspension des travaux devant la plus haute juridiction japonaise. De nombreuses tentatives auprès du Premier ministre n’ont toujours pas abouti.
Tamaki et les habitants d’Okinawa espèrent depuis longtemps que la base de Futenma sera déplacée hors du département. Les opposants au plan de relocalisation ont également déclaré que l’installation de remplacement détruirait l’écosystème marin au large de la côte de Henoko, qui abrite une espèce de dugong en voie de disparition.

Découverte d’eau sur l’astéroïde Ryugu

Ce mercredi, l’information de la présence de minéraux hydratés sur l’astéroïde Ryugu a été confirmée par l’université de Aizu, l’Agence spatiale japonaise et d’autres instituts de recherche.
La découverte pourrait faire avancer la mission de retour de la sonde spatiale afin de ramener des échantillons pour étudier les origines de l’eau sur Terre, selon un groupe de chercheurs. « La décision de choisir Ryugu comme destination, sur la base de la prédiction qu’il y a de l’eau, n’était pas fausse », a déclaré Kohei Kitazato, professeur associé à l’université d’Aizu. L’hypothèse pourrait être vérifiée si l’eau de l’astéroïde présente une composition similaire à celle sur Terre. Il faudra également observer si des substances organiques, qui peuvent constituer des blocs de vie, sont présentes.
Il s’agit de la première découverte depuis l’atterrissage réussi par la sonde sur l’astéroïde le 22 février 2019.