Dans la revue de presse de ce mardi 3 septembre, nous aborderons : la création d’installations pour transformer les déchets plastiques en produits chimiques, puis la saison annuelle de pêche aux dauphins n’a pas pu être évitée, et enfin les journées d’échange prévues entre le Togo et le Japon.

Moins de plastiques à l’abandon

Le Japon a pour coutume d’envoyer ses déchets plastiques dans les autres pays d’Asie, il en a par exemple envoyé environ un million de tonnes en Chine en 2017. Mais la Chine n’accepte désormais plus l’import de la plupart de ces déchets. La société d’ingénierie japonaise JGC a ainsi décidé de transformer ces déchets plastiques en matières premières pour la production de produits chimiques. Cela permettra de traiter ces plastiques dont personne ne veut, et d’émettre moins de carbone dans le processus de production de produits chimiques.

Massacre non évité

Le premier septembre a été lancé l’annuelle chasse aux dauphins de Taiji, qui dure de septembre à mars. Cette pêche est très controversée à cause des méthodes cruelles employées et du haut taux de mercure dans la chair de dauphin. Des activistes avaient intenté des poursuites judiciaires plus tôt dans l’année pour stopper ce massacre annuel, sans résultat. Le gouvernement s’était exprimé il y a 5 ans pour défendre cette pratique, en la qualifiant de « forme de pêche traditionnelle dans notre pays ».

Partenariats Togo-Japon

Lomé, capitale togolaise, accueillera en novembre des journées d’échange avec le Japon. L’évènement est organisé par le gouvernement en partenariat avec l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA). À cette occasion, les hommes d’affaires japonais pourront s’informer sur les investissements possibles au Togo et nouer des partenariats avec leurs homologues. Ce projet a été décidé suite à la septième TICAD (Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique), achevée le 30 août dernier.