La Maison de la Culture du Japon à Paris (MCJP) vous propose une démonstration culinaire des soba, cuisinés comme à l’époque Edo, le samedi 14 juin.

Okinawa soba (Ramen-ya), Nishihara, 2012
Okinawa soba (Ramen-ya), Nishihara, 2012

La MCJP a plaisir de recevoir cette année encore Takayuki Watanabe, maître artisan de soba. C’est durant l’époque Edo (1603-1868) que s’est épanouie une cuisine typique de la culture culinaire japonaise : sushis, nouilles soba, tempura, plats d’anguille… Le petit peuple d’Edo (actuel Tôkyô) les dégustait dans les restaurants ambulants, raffinement « iki » propre à cette époque.

Maki Maruyama est direc­trice de la mai­son de thé Jugetsudo By Maruyama nori située à Paris, dont la mai­son mère fut fon­dée en 1854 à Tôkyô. Elle par­lera de la culture culi­naire de l’époque Edo. Puis une démons­tra­tion de fabri­ca­tion de soba (nouilles de sar­ra­sin) sera réa­li­sée par Takayuki Watanabe, qui est maî­tre arti­san de soba sous le nom de Sukeshichi Echigoya, 6e du nom, du res­tau­rant Komagatadozeu fondé en 1801 à Tôkyô. Une dégus­ta­tion de soba sera pro­po­sée, ainsi qu’une petite démons­tra­tion de rakugo par le conteur Chôkarô Baraku, 7e du nom.

Pour plus d’informations :

  • Lieu : MCJP, 101 bis quai Branly, 75015 Paris (salle de réception)
  • Date et horaires : samedi 14 juin, avec trois séances (14h, 15h30, 17h)
  • Tarif : 15€
  • Durée : environ 1 heure
  • Réservation au 01 44 37 95 95
close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLa princesse Noriko se mariera avec le fils du prêtre de Izumo Taisha
Article suivantExposition : L’Arrivée des Japonais en France

6 Commentaires

  1. A force de voir de l’art partout, il n’y a plus d’art du tout, il n’y a plus que de la technique qui après tout en grec veut dire art. Ce qui est très mauvais pour l’art contemporain où très souvent il n’y a plus de tout de technique.

      • Bien sûr que la cuisine peut être une nourriture pour l’esprit!
        Dans la présentation d’abord qui peut s’apparenter à un tableau et qui à ce titre peut réjouir l’âme. Même si je pense que souvent les cuisiniers se la pètent avec leur présentation qui cache le fait qu’il n’y a rien à bouffer dans l’assiette. En France en tous cas.
        Ensuite la dégustation d’un plat que l’on trouve délicieux peut plonger dans un état de béatitude au même que – par exemple – un morceau de musique classique.
        Après si le cuisinier met tout son savoir-faire avec comme but de réjouir (et pas uniquement de nourrir) la personne qui va le déguster son plat alors je pense qu’il s’agit bien d’art.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.