Mardi, 4 enfants de la ville de Kesennuma, préfecture de Miyagi, ont visité une école proche de Paris.

Peu après que le tsunami ait frappé les côtes japonaises, un groupes d’une douzaine d’enfants, dont les maisons ont été détruites, a décidé de créer un journal dans leur abris afin d’encourager et d’aider les personnes évacuées. Ainsi est né le Fight Shimbun, petit journal écrit et illustré à la main.

C’est donc quatre de ces enfants dont Risa Yoshida, 8 ans, première rédactrice en chef du journal, qui se sont rendus à l’institut Jeanne d’Arc, école privée catholique, afin d’expliquer leur démarche et remettre une édition spéciale du journal aux élèves. Cette édition, illustrée avec des drapeaux japonais et français, remercie toutes les personnes qui ont soutenu le Japon après la catastrophe. « Nous sommes en mesure de vivre une vie normale maintenant, et cela grâce à ceux qui nous ont soutenu » rapporte l’article.

Au cours de la manifestation organisée par l’Ambassade du Japon à Paris, les élèves français ont posé de nombreuses questions sur la culture japonaise, traditionnelle ou populaire. L’ambiance s’est réchauffée quand les thèmes de l’animation japonaise et du manga ont été abordés. Les enfants des deux pays ont convenu d’échanger des journaux une fois tous les trois mois pour s’informer mutuellement.

En hommage de leur initiative, le groupe voyageait sur invitation de l’ONU. Entre mars et juillet 2011, une cinquantaine de journaux sont sortis, ceux-ci relataient les évènements et apportaient un peu de joie à la population.

Pierre-Etienne De Lazzer – sources: The Japan Times

close

Tous les jours gratuitement votre concentré de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. Synthétisé grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.