Des cheveux et de la chair humaine ont été retrouvés dans l’estomac de l’ours abattu le 10 juin à Kazuno, département d’Akita. Ces restes sont probablement ceux de la vieille dame de 74 ans retrouvée morte le même jour.

Un ours noir d'Asie, omnivore, en train de manger des baies. (© Abu0804)
Un ours noir d’Asie, omnivore, en train de manger des baies (© Abu0804)

Des restes humains ont été retrouvés dans l’estomac de l’ours abattu ce vendredi 10 juin dans une forêt proche de la ville de Kazuno. L’ours, mesurant 1m30 pour environ 70kg et appartenant à l’espèce des ours noirs d’Asie, a été tué au fusil par une équipe de chasseurs de la région. La ville avait alors subi un total de 4 attaques en quelques semaines seulement.

Un ours noir d'Asie adulte, semblable a celui responsable des attaques, reconnaissable à sa marque blanche en forme de V. (©Guérin Nicolas)
Un ours noir d’Asie adulte, semblable a celui responsable des attaques, reconnaissable à sa marque blanche en forme de V (©Guérin Nicolas)

Un corps avait été retrouvé le matin du même jour, pas très loin de là, et l’autopsie de l’animal, qui a eu lieu le 13 juin, a permis de découvrir des restes de chair et de cheveux humains. Cela renforce l’hypothèse selon laquelle l’ours aurait attaqué, et en partie consommé, le corps de Tsuwa Suzuki, vieille dame de 74 ans originaire de Towada dans le département d’Aomori. Elle avait disparu deux jours auparavant et aurait été tuée par morsure à la tête et à l’estomac.

Suzuki serait la quatrième victime d’une vague d’attaques d’ours dans la région, et les autorités ainsi que les vétérinaires suspectent que toutes ces attaques auraient été portées par ce même ours. En effet, les attaques ont toutes eu lieu dans une zone limitée et sur une courte période de temps.

Selon Shinsuke Koike, professeur associé à l’Université de l’Agriculture et de la Technologie de Tôkyô, « Comme les humains sont de grands mammifères, les ours noirs d’Asie ont tendance à ne pas les attaquer intentionnellement. […] Les ours sont actifs à cette période de l’année car ils élèvent leurs petits et ont tendance à tomber sur des humains quand ils sont eux aussi en train de chercher des pousses de bambou et des légumes de montagne« .

« Après avoir goûté la viande humaine, il est possible que l’ours ait compris qu’il pouvait nous manger« , a déclaré Takeshi Komatsu, vétérinaire travaillant avec le gouvernement municipal de Kita-Akita à Akita, notant que les victimes ont toutes été sévèrement mordues.

Les trois attaques précédentes avaient eu lieu les 21, 22 et 30 mai, sur des personnes âgées qui allaient vraisemblablement dans cette zone, malgré le danger, afin de récolter des plantes saisonnières comestibles.

Nathalie Arnoux – sources : Mainichi Shimbun, Asahi Shimbun

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentL’application de messagerie en ligne Line entre en bourse
Article suivantRetrouvez nous au salon « C’est bon! Le Japon » à Paris

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.