L’oku no in est connu pour être un cimetière légendaire et un lieu de recueillement. Cependant, peu de personnes savent qu’il existe aussi à cet endroit, une grotte ouverte et scellée tous les 62 ans selon la tradition, jusqu’en 1879. C’est en 1941 que la grotte aurait dû être ouverte et scellée pour la dernière fois mais la tradition fût perturbée par la Seconde Guerre Mondiale. Le 15 mars, un vice prêtre du temple de Tokaiji ouvrit la grotte pour la première fois depuis 136 ans. 

Une statue dans le cimetière de Oku no in (source : BradBeattie)
Une statue dans le cimetière de Oku no in (source : BradBeattie)

Cette grotte sacrée abrite une image gravée dans la pierre bouddhiste. En ouvrant la grotte, le vice prêtre Kobusho Wanabe, trouva deux statues. L’une des deux statues trouvées est une statue bouddhique de trente centimètres de haut datant de 1702, à priori, car la date était écrite au dos de la statue. La seconde statue est une statue shintoïste de quinze centimètres de haut.

La statue bouddhiste est considérée comme une représentation de Jizo Bosatsu (ou kṣitigarbha). Le fait qu’il y ait une statue shintoïste dans le même lieu suggère que le bouddhisme, introduit au Japon par la venue d’étrangers, et le shintoïsme, introduit au Japon par des indigènes japonais, ont été mélangés et harmonisés dans ce lieu.

Pour l’image gravée dans la roche, la légende raconte qu’un seigneur féodal nommé Fujiwara no Tomimasa de la province de Sanuki (actuellement, la préfecture de Kagawa) s’est déplacé dans cette zone en 765 avec cinq serviteurs et aurait fait créer cette sculpture. Une autre légende dit que le prêtre Kûkai (ou Kôbô Daishi) aurait sculpté l’image en une nuit.

Cette dernière ouverture a été fait dans le cadre de la recherche de la préservation ainsi que la gestion de cette sculpture. Le 16 mars, la grotte a été de nouveau scellée et sera ouverte de nouveau dans 62 ans.

Source: Asahi Shinbun