L’Egypte a présenté samedi un procédé unique pour étudier une barque en bois ensevelie depuis près de 4.500 ans sur le plateau de Guizeh, près du Caire, et dont l’exposition à l’air libre menaçait de l’endommager.

Par l’intermédiaire d’une caméra, une centaine de journalistes et de touristes ont pu découvrir sur un écran cette barque solaire dont la soeur jumelle est exposée dans un musée tout proche. Une mission archéologique japonaise avait introduit il y a cinq mois une caméra dans une fosse recouverte de blocs de pierres et située à quelques mètres au sud de la grande pyramide de Khéops (IVe dynastie). La barque, longue d’une quarantaine de mètres, avait été découverte en 1954. « C’est la première fois qu’une telle technologie (…) est employée pour visionner des antiquités enfouies », a affirmé aux journalistes Zahi Hawas, secrétaire général du Conseil supérieur des antiquités égyptiennes (CSAE). « Cela permettra de juger de leur état (les antiquités) et d’étudier les possibilités de les restaurer et de les transporter ailleurs », a-t-il ajouté. (GFR)

www.levif.be

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentL’Algérie et le Japon : Quelle différence ?
Article suivantOMC : les géants d’Asie veulent un accord sans trop de concessions

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.