Le Premier ministre japonais Naoto Kan a déclaré samedi que la décontamination du site de la centrale nucléaire de Fukushima prendrait plusieurs dizaines d’années, en présentant pour la première fois un programme de très long terme pour cette opération.

Les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, située à 220 km au nord-est de Tokyo, ont été endommagés entraînant une fusion au sein de trois réacteurs après le tsunami ayant suivi le séisme du 11 mars, provoquant l’une des pires catastrophes du nucléaire civil.

Un grand nombre d’habitants ont été contraints d’évacuer la zone, a déploré M. Kan au cours d’un meeting du Parti Démocratique au pouvoir au Japon.

Il faudra trois, cinq, voire 10 ans pour parvenir à en reprendre le contrôle, et même plusieurs décennies pour remédier aux conséquences de l’accident, a-t-il ajouté.

La Commission japonaise à l’énergie atomique et l’exploitant de la centrale de Fukushima, Tokyo Electric Power (Tepco), sont convenus dans un premier temps de commencer à retirer le combustible nucléaire fondu vers 2021, selon la chaîne de télévision publique NHK.

La chaîne de télévision a rapporté que les autorités, l’opérateur et les fabricants d’équipements estimaient qu’il faudrait plusieurs décennies avant de pouvoir démanteler les réacteurs de la centrale, citant un programme de long terme pour reprendre le contrôle de la centrale.

Le Japon a annoncé un programme de court terme pour stabiliser la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, responsable d’émissions radioactives de très haut niveau après la panne de ses systèmes de refroidissement.

Mais avant samedi, le gouvernement n’avait encore présenté aucune estimation de la durée du programme de décontamination nécessaire pour mettre fin à la crise.

Le projet, que s’est procuré NHK, s’inspire d’une étude des données sur la manière dont les Etats Unis ont procédé lors de l’accident nucléaire de la centrale de Three Mile en 1979, a précisé la chaîne.

Tepco espère réduire les fuites radioactives d’ici à fin juillet et parvenir à refroidir les réacteurs pour les arrêter au plus tard d’ici à janvier prochain.

Goshi Hosono, le ministre chargé de gérer les conséquences de l’accident nucléaire, a déclaré à Jiji Press que le gouvernement annoncerait le 19 juillet un nouveau programme de décontamination du site et sa vision à long terme de la gestion de l’accident.

© 2011 – Romandie.com AFP / 09 juillet 2011 18h31- Article original


close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentNouvelle découverte de viande de boeuf contenant du césium
Article suivantMondial de foot féminin: le Japon créé la surprise en éliminant l’Allemagne

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.