Des chercheurs japonais ont affirmé jeudi avoir trouvé un vaccin qui pourrait fonctionner contre d’éventuelles mutations du virus de la grippe aviaire et ainsi éviter une pandémie catastrophique.

L’équipe a testé son vaccin sur une souris sur laquelle avaient été implantés des gènes humains, et l’expérience a confirmé que le traitement fonctionnait même en cas de mutation du virus, a annoncé Tetsuya Uchida, chercheur à l’Institut national des maladies infectieuses.

Selon ces scientifiques, cette découverte pourrait permettre d’éviter une pandémie si le virus H5N1 de la grippe aviaire mutait pour se transmettre d’homme à homme, une hypothèse qui fait craindre des millions de morts à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les vaccins habituels contre la grippe s’appuient sur la protéine qui recouvre l’enveloppe des virus, mais cette protéine est souvent sujette à mutation, rendant le vaccin inefficace.

Les chercheurs japonais ont donc basé leur vaccin sur des protéines internes au virus, qui ont peu tendance à muter, a expliqué M. Uchida.

Il a prévenu qu’il faudrait cependant des années pour rendre ce vaccin utilisable, des tests poussés devant être effectués sur des souris et autres animaux pour vérifier sa sûreté, avant de l’essayer sur des hommes.

Le chercheur a précisé que le vaccin avait été testé avec succès sur différents virus de grippe, notamment le virus hautement pathogène H5N1 de la grippe aviaire, mais également sur des virus plus « classiques » de type A.

Des tests ont été effectués cet hiver au Japon, mais aussi aux Etats-Unis, pour mesurer la résistance des virus les plus répandus cette saison au Tamiflu, l’antiviral le plus utilisé commercialisé par le groupe pharmaceutique suisse Roche.

Les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies, côté américain, comme le ministère de la Santé, côté japonais, ont prévenu que la plupart de ces virus de type A étaient résistants au Tamiflu.

Le travail des chercheurs japonais est mené conjointement par des spécialistes de l’Institut national des maladies infectieuses, de l’Université de Hokkaido, de l’Université médicale de Saitama et de l’entreprise de chimie NOF, basée à Tokyo.

L’action NOF a bondi de plus de 20% à la Bourse de Tokyo sitôt connue la nouvelle.

Des tentatives similaires de développement de vaccin, en s’attaquant à l’intérieur du virus plutôt qu’à son enveloppe, sont en cours ailleurs, notamment à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni), a ajouté M. Uchida.

Environ 250 personnes sont mortes à cause de la grippe aviaire depuis 2003, dont 115 en Indonésie, selon l’OMS.

Cinq personnes ont été déclarées mortes de grippe aviaire en Chine en janvier, contre trois pour l’ensemble de l’année 2008.

Abritant la plus grande population de volailles du monde, la Chine est considérée comme un pays sensible face au risque de pandémie. Les poules y vivent au contact des hommes dans les zones rurales, un facteur favorisant la transmission de la maladie, car c’est souvent au contact d’oiseaux malades que les victimes contractent le virus.

Il n’existe à ce jour aucune preuve que le virus H5N1 ait déjà muté vers une forme risquant de provoquer une pandémie.

[AFP Google->

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe Japon accorde une aide de 4,7 millions de dollars au Pakistan pour l’éradication de la polio
Article suivantEntretien téléphonique Obama/Aso