La semaine dernière, un homme de 71 ans avait causé la mort d’une autre personne par l’inhalation de la fumée  et blessé 26 autres personnes en s’immolant dans un Shinkansen liant Tokyo et Osaka, dans la préfecture de Kanagawa. Si les Japonais craignaient un attentat à cause de l’actualité internationale, les raisons de l’homme sont différentes : il n’avait pu payer son loyer, accréditant ainsi la thèse du suicide.

C’est dans un Shinkansen Nozomi semblable à celui-ci (modèle N700) que l’incident à eu lieu  (©JobanLineE531)
C’est dans un Shinkansen Nozomi semblable à celui-ci (modèle N700) que l’incident à eu lieu (©JobanLineE531)

Haruo Hayashizaki, l’homme qui s’est immolé, s’était déjà plaint auprès de son voisin que sa pension était trop maigre pour pouvoir subvenir à ses besoins et il avait aussi déjà fait appel à l’aide de l’assemblée de la circonscription de Suginami car il ne pouvait payer son loyer. Ceux de juin et de juillet devaient être réglés mardi dernier mais le paiement n’a pas été effectué. Il recevait une somme de 1770 euros environ tous les deux mois. S’il avait jusque-là réussi à payer tout ce qu’il devait, ce n’était plus le cas.

Mercredi dernier, les autorités ont trouvé un conteneur de 20 litres d’essence, laissant penser que c’est la substance utilisée par Hayashizaki pour s’immoler par le feu. Il aurait prévenu aussi quelques personnes de fuir avant de pénétrer dans le train et de se suicider.

Cet incident a changé quelques habitudes, notamment dans les annonces des trains : « signaler des objets suspects » a été remplacé par « signaler des actes suspects ». Après la panique créée, JR Tokai, le service de transports, a songé à plusieurs pistes. Fouiller les bagages serait une éventualité mais serait très compliqué à mettre en place, sans compter qu’environ 420 000 passagers utilisent leurs services chaque jour. Le temps et l’espace ne permettent pas ce genre de mesures, complètement irréaliste selon certains.

Cependant, les services de transport songent sérieusement à trouver de quoi parer ce type d’incidents à l’avenir. Peut-être prendront-ils exemple sur les services ferroviaires étrangers, comme l’Eurostar qui contrôle les bagages de ceux qui prennent place à bord du train (spécialement depuis les attentats en France), ou encore celui de la Russie qui utilise des détecteurs de métaux sur les bagages de ceux qui transitent entre les grandes villes du pays. Il s’agit en tout cas d’un nouveau défi à relever pour les responsables des services de transport, et pas seulement du JR Tokai.

Claire Bouyssou – sources : The Japan Times

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentHistoire(s) du manga moderne
Article suivantExposition d’art et d’artisanat japonais

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.