L’obstacle ne mesure qu’1,46 mètres, mais Frédérique Jossinet ne l’a jamais franchi. Depuis qu’elle exécute son uchi-mata sur les tatamis, la chef de file du judo français a battu toutes ses principales adversaires, à l’exception de cette pile électrique aux couettes tourbillonnantes, Ryoko Tani. En deux décennies, la Japonaise s’est imposée comme la plus grande championne de l’histoire de son sport, privant à deux reprises la Française d’une consécration internationale.

En finale des Mondiaux d’Osaka, en 2003, mais surtout lors de la dernière finale des Jeux, à Athènes, où Jossinet s’était contentée de l’unique médaille (en argent) ramenée par le judo français. Face à la petite brune invaincue en compétition internationale depuis douze ans, la grande blonde n’avait pas pesé lourd, trébuchant sur les deux premières attaques franches de la puce nippone. Au final, elle avait laissé filer le titre pour un waza-ari (l’avantage le plus élevé dans le tableau de marque du judo, juste avant le ippon), lui laissant peu de regrets.

www.20minutes.fr

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe Japon compte mettre fin à sa mission militaire en Irak
Article suivantLe moteur d’un Boeing en feu à Tokyo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.