Ce jeudi 10 juillet, la police de Tōkyō a décidé de monter un détachement spécial afin de renforcer les contrôles sur les drogues quasi-légales, à la suite de plusieurs accidents de voiture impliquant des personnes sous l’emprise de ces produits.

Le quartier général de la police métropolitaine de Tokyo
Le quartier général de la police métropolitaine de Tokyo – Photo : っ

Les drogues quasi-légales (appelées dappō doraggu) se répandent de plus en plus. Ce sont des substances qui peuvent provoquer des hallucinations, des intoxications, et d’autres symptômes, mais qui ne sont pas classées comme stupéfiants, dont la possession ou l’utilisation est interdite par la loi. Un nombre croissant de jeunes fument ces drogues qui sont habituellement séchées et mélangées avec des produits chimiques.

Pour contrer ce phénomène, le Département de la Police Métropolitaine (MPD) de Tōkyō a créé ce jeudi une cellule spéciale, et va y concentrer ses ressources avec l’aide d’autres départements du gouvernement métropolitain de Tōkyō ainsi que des agences apparentées au gouvernement national.

Naoyoshi Takatsuna, le chef de la MPD, a déclaré ce jeudi lors d’une réunion que les drogues quasi-légales étaient un « problème social grave, menaçant la sécurité publique », et a ajouté : « Pour faire de Tōkyō la ville la plus sûre du monde avant qu’elle n’accueille les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020, il nous faut bloquer l’approvisionnement de ces drogues et éradiquer la demande pour ces produits. »

Les services de police prévoient d’inspecter à Tōkyō soixante-dix revendeurs de drogues quasi-légales ou de nouvelles substances psychoactives qui échappent à la loi.

En parallèle, leur laboratoire dirigera des travaux afin d’établir des techniques simples pour détecter plus de 1 300 drogues pouvant causer des hallucinations ainsi que d’autres types de drogues désignées comme illégales depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi pharmaceutique en avril dernier.

À la fin du mois de juin dernier, une voiture a roulé sur un trottoir près de la gare Japan Railway d’Ikebukuro, tuant un piéton et blessant sept personnes. Selon des sources policières, le conducteur a admis avoir consommé des drogues quasi-légales avant l’accident.

Samedi dernier, c’est un autre homme, également soupçonné d’avoir consommé des drogues similaires, qui a soudainement commencé à conduire sa voiture avec imprudence à une intersection de l’arrondissement de Kita-ku, à Tōkyō, faisant deux blessés.

Louanna – Sources : The Japan News, The Japan Times 

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe typhon Neoguri poursuit son avancée
Article suivantUn documentaire sur la pauvreté au Japon en crowdfunding

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.