Dans le cadre de la réalisation d’un documentaire sur le thème de la pauvreté au Japon, le journaliste Damien Durand et son co-réalisateur David Simon viennent de lancer une campagne de financement participatif. Les fonds récoltés serviront à terminer la post-production avant la sortie prévue cet automne.

Des sans-abri dans le quartier de Kamagasaki, à Ōsaka - Photo : D.Durand
Des sans-abri dans le quartier de Kamagasaki, à Ōsaka – Photo : D.Durand

Malgré son statut de troisième puissance économique mondiale, le Japon n’est pas épargné par la pauvreté et la paupérisation d’une partie croissante de ses habitants. Peu de prise en charge, peu d’aide de bénévoles et encore moins de programme de réinsertion, c’est la réalité d’un pays qui ne veut pas faire face à ses laissés-pour-compte. Ce sont les symboles d’une société égalitaire qui n’a pas pleinement réussi et qui ne le supporte pas.

Au plus près des exclus d’un ancien « miracle économique » parvenu à bout de souffle, ignorés dans une société qui ne comprend pas une pauvreté qu’elle n’a plus connu collectivement depuis plus d’un demi-siècle, le reportage, intitulé À l’ombre du Soleil Levant donne la parole à des histoires humaines, des destins brisés.

La campagne de financement participatif lancée sur la plateforme KissKissBankBank servira quant à elle à proposer une post-production de qualité pour ce film, dont le tournage a déjà été effectué à Tōkyō et à Ōsaka. En voici d’ailleurs un extrait :

Pour plus d’informations :

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLa police de Tôkyô réagit à l’usage croissant des drogues quasi-légales
Article suivantTanabata : la fête des Étoiles

14 Commentaires

  1. C’est bien gentil de vouloir montrer la pauvreté au Japon surtout venant d’un pays qui a encore plus de homeless que le Japon.
    Pour rappel, il y a environ 25 000 homeless au Japon ( 5000 à Tokyo ) pour une population de 128 millions d’habitants.
    Il y a en France plus de 100 000 homeless et 1 million de mal logés pour 65 million.
    Il y a donc 8 fois moins de homeless au Japon qu’en France alors qu’il n’y a pratiquement aucune aide au Japon et énormément en France.

    • Remarques pertinentes !
      Bravo.
      J’ajouterai que pour un pays catholique c’est une honte de voir autant de laissés pour contre dans notre société française.

      Les français devraient plutôt s’inspirer de la forte volonté du citoyen japonais, de son sens de l’engagement .
      Aucune société n’est parfaite , l’égalité n’existe nulle part mais étant donné ce que le Japon a encore vécu ces dernières années il s’en sort la tête haute.
      Alors un documentaire oui pourquoi pas,mais montrant que comme partout il y a des pauvres pas que cexu qui viennent faire du tourisme chez nous.

      • Je ne vois pas ce que les catholiques viennent faire dans votre commentaire. Cela fait plus de 200 ans que l »État laïciste en France essaie de déchristianiser la France. Tous les biens de l’église catholique ont été au moins une fois confisqués par l’État. Résultat après deux siècles il est devenu honteux et même interdit d’afficher sa foi chrétienne.
        Pourtant les catholiques sont les premiers à aider les nécessiteux à travers les associations comme le Secours catholique, la fondation de l’abbé Pierre et bien d’autres mais bien sur l’Etat minimise leurs actions pour privilégier les siennes en n’oubliant pas le chantage électoral allocation contre bulletin de vote.
        De plus en plus l’action caritative, l’entraide doit passer uniquement par l’Etat qui prend au passage son pourcentage comme un maquereau.
        L’anticléricalisme est tel en France que les massacres des chrétiens d’orient en Irak et en Syrie sont passés sous silence par la presse générale.

        • Je te rappelle quand même que l’entretien des édifices chrétiens est confié à la société civile. Ce sont les mairies qui paient les travaux de réfection des églises. D’autre part je n’ai jamais vu de chrétien pris à parti à la sortie de la messe. Dire qu’il est interdit d’afficher sa foi chrétienne en France est une connerie.
          Que les massacres de chrétiens dans certains pays soient passés sous silence est exact. Encore faut-il remettre les choses dans leur contexte. En Syrie les chrétiens sont pro-Bachar el-Assad. On ne va quand même pas les plaindre! Bien évidemment je ne cautionne pas ces massacres. Ni aucun autre d’ailleurs.
          En ce qui concerne la charité effectuée par des associations cathos, le prosélytisme n’est jamais très loin. Et puis l’église a quelques siècles de péchés à rattraper.
          L’état monnaie ses voix électorales ? Que dire des Frères musulmans en Égypte alors?
          Mais je suis d’accord avec toi au moins sur un point : que vient faire le fait que la France soit d’obédience catho dans ce débat ?

          • Et je te rappelle que les églises appartiennent aux communes, que tous les biens de l’église ont été confisqué pendant la révolution et au début du XXe siècle, que depuis la fin du concordat en 1905 toutes les religions sont converties en associations culturelles et de ce fait sont contraintes à ne vivre que de dons.
            Ces associations culturelles particulières puisqu’elle ne reçoivent aucune subvention alors que touts les autres en reçoivent, ne doivent exercer aucune activité culturelle, sociale, éducative et commerciale. Le but étant d’asphyxier financièrement les religions pour qu’elles disparaissent.
            L’Etat entretient les édifices religieux comme n’importe quel autre bâtiment de l’Etat mais les frais de chauffage, d’électricité, d’assurance sont à la charge de l’église comme n’importe quel locataire même à titre gracieux.

            Tu peux me dire en quoi le prosélytisme supposé de l’église catholique lui rapporterait quelque chose quand elle aide ceux qui ne possèdent rien?

            Les chrétiens de Syrie ne sont pas à plaindre parce qu’ils préfèrent soutenir Assad qui les laisse tranquille plutôt qu’un État islamique qui va les massacrer ? Tu ne cautionnes pas les massacres mais si on massacre des chrétiens tu passes ça dans les pertes et profits parce que fidèle à ton éducation anticléricale les chrétiens doivent payer pour l’histoire. À gauche l’indignation a toujours été sélective, la façon de voir l’histoire de France aussi d’ailleurs.

  2. Merci pour ces chiffres intéressant

    « Jonasan, viens à Tokyo et tu vas en voir de bien crades des SDF »

    Je suis déjà venu d’ou ma remarque, bien sur ça reste des SDF mais j’te jure comparé a ce que j’vois en France ils paraissent plus « propre » et je ne parle pas que physiquement

  3. SDF. Voilà qui les limite aux frontières de l’humain. 3 Consonnes pour un homme . On pourrait les appeler des « personnes sans domicile ». Ou « homeless » pour Deep. Cher Deep, toujours désireux de ménager la chèvre… Et si on les appelait « clochards » tout simplement. Mais non les aveugles sont des mal-voyants, les paralytiques sont en « situation de handicap ».
    Les odeurs tokioites sont -elles moins nauséabondes que les parisiennes ? Va falloir faire une étude là-dessus. Tout-à-fait écoeuré par ces chiffres. On parle de gens, n’est-ce pas ?

      • Pourquoi utiliser le nom de sans domicile fixe plutôt que clochard? Peut-être parce qu’un clochard n’a généralement pas de travail alors que beaucoup de SDF ( surtout au Japon) travaillent mais pour certaines raisons n’ont pas de logement. Mic tu vas trouver que je coupe les cheveux en quatre mais on ne peut pas faire dire au mots ce que l’on veut si l’on a envie ,justement, de se faire comprendre.

        Quant aux chiffres, ils sont le seulement le reflet de la réalité, telle qu’elle est et pas comme on voudrait qu’elle soit.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.