Accusé d’implication dans une affaire de financement occulte, l’ancien président du Parti démocrate Ichiro Ozawa a plaidé non coupable.

Lors de la première audience, qui s’est ouverte ce jeudi au Tribunal de grande instance de Tokyo, M. Ozawa a lu durant 8 minutes une déclaration rédigée à l’avance concernant les accusations dont il fait l’objet.

Il a nié toutes les charges retenues à son encontre et reproché à la commission d’enquête de vouloir cibler une personnalité politique en outrepassant ses prérogatives.

Agé de 69 ans, le poids lourd du PDJ est accusé d’avoir dissimulé, avec ses collaborateurs, un prêt d’environ 5 millions de dollars à l’organisation qui gère les fonds politiques de son parti, pour l’achat d’un terrain à Tokyo, en 2004.

« Je n’ai absolument rien fait qui ressemble de près ou de loin à une falsification de documents et je n’ai rien comploté avec mes collaborateurs. Il n’y a donc aucune raison que de telles charges soient retenues à mon encontre », a déclaré M. Ozawa, exigeant la clôture immédiate du procès.

Article original : NHK World Service Français © 2011
close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentL’aventure nipponne de l’iPhone
Article suivantRencontre le 19 octobre entre le premier ministre japonais et le président sud-coréen

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.