Un vaisseau de type Soyouz transportant trois astronautes, dont le japonais Takuya Ônishi, a été lancé ce jeudi 7 juillet avec succès depuis un centre spatial basé au Kazakhstan. La mission spatiale durera 4 mois.

La Station spatiale internationale est occupée en permanence par un équipage international. ( © NASA )
La Station spatiale internationale est occupée en permanence par un équipage international.
( © NASA )

Le vaisseau a décollé du cosmodrome de Baïkonour à 10h36 heure japonaise, et est entré en orbite 9 minutes après son lancement. Il est censé atteindre et s’amarrer à la Station spatiale internationale (SSI) dans environ deux jours, soit samedi 9 juillet.

Ce vol est le premier pour Takuya Ônishi, astronaute japonais de 40 ans. Il est le 11e astronaute japonais à voyager dans l’espace, la précédente ayant été Yui Kimiya, 46 ans, qui avait participé à une mission long séjour sur la SSI l’an dernier.

Takuya Ônishi, astronaute japonais ( © NASA )
Takuya Ônishi, astronaute japonais
( © NASA )

Durant le vol, Ônishi, ancien pilote de la compagnie aérienne All Nippon Airways (ANA), soutiendra en tant qu’ingénieur de vol le russe de 47 ans Anatoli Ivanichine, commandant du vaisseau et membre de la Roscosmos (agence spatiale russe). Le dernier membre de l’équipage est l’américaine Kathleen Rubins, 37 ans, de la NASA.

Ônishi avait rejoint ANA en avril 1998 après ses études au département d’aéronautique et d’astronautique de la faculté d’ingénierie de l’université de Tôkyô. Il a ensuite été sélectionné comme candidat astronaute par l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) en février 2009 et a été certifié astronaute de la SSI en juillet 2011. Ônishi a été nommé membre de l’équipage de cette mission en novembre 2013.

Ônishi est censé, entre autres, réaliser des expériences pendant son séjour à la Station spatiale internationale, qui durera jusqu’à fin octobre. Dans le cadre de cette mission, il va lâcher un petit satellite dans l’espace et recueillir des données basiques sur le vieillissement grâce à des expériences sur des souris qu’il réalisera dans le module expérimental japonais Kibô. Il va aussi créer des cristaux de protéines, et envoyer un message vidéo pour encourager les athlètes japonais qui vont participer aux Jeux Olympiques de Rio.

Le vaisseau spatial de 7 mètres de long devait initialement être lancé le 24 juin, mais le lancement a été reporté en raison d’une vérification logicielle supplémentaire due à un problème dans le système de contrôle. Le vaisseau en question est une version améliorée du modèle Soyouz, appelée Soyouz MS-01, et qui comprend de meilleures batteries solaires, un système de contrôle d’orbite amélioré et basé sur le système GPS, ainsi qu’un système d’amarrage plus petit et plus léger.

Ivanichine, Rubins et Ônishi en Russie en novembre 2015. ( © NASA )
Ivanichine, Rubins et Ônishi en Russie en novembre 2015.
( © NASA )

Lors de la conférence de presse pré-lancement organisée dans un hôtel de Baïkonour, Ônishi, en combinaison bleue, a déclaré qu’il avait reçu un email de sa mère lui souhaitant bonne chance pour le voyage, un vol qui a été son rêve depuis longtemps. Il a remercié sa famille, ses amis et le personnel pour tout leur soutien. Il a aussi déclaré que le Japon joue à l’heure actuelle un rôle unique dans la vie de la Station spatiale internationale.

Ônishi a quitté son hôtel de Baïkonour pour le centre spatial vers 1h30. Il a salué à plusieurs reprises sa famille et ses amis, dont quelques employés de All Nippon Airways venus spécialement pour l’occasion, avant de monter dans le bus en direction du site de lancement. Il a revu sa famille plus tard, peu avant le décollage. Ils ont eu de brèves conversations à travers une barrière en verre conçue pour assurer une protection contre les maladies contagieuses. Sa fille de 6 ans lui a alors demandé s’il était impatient de partir voyager dans l’espace, ce à quoi le père a répondu « Oui, j’ai hâte ».

Hiroshi Hase, le ministre japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie, a exprimé son souhait de réussite à la mission ainsi qu’au retour de l’astronaute. « C’est le premier long séjour d’un astronaute japonais dans la SSI depuis que le Japon a décidé de participer à son fonctionnement jusqu’en 2024. J’attends de lui qu’il fournisse un résultat digne, qu’il fasse de grandes contributions et qu’il renforce la confiance que l’on donne au Japon », a déclaré Hase.

Durant la cérémonie de départ organisée à 4h40 et à laquelle il a participé avec ses deux coéquipiers, Ônishi a déclaré qu’il allait « faire de son mieux pour la mission ». L’astronaute a déclaré mercredi qu’il avait écrit un vœu sur une bande de papier pour Tanabata (festival des étoiles), qui a lieu le jour du lancement, afin de prier pour le succès de la mission.

Nathalie Arnoux – Sources : The Japan News, The Japan Times

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentPrincesse Monokini : un OVNI théâtral franco-japonais à Avignon
Article suivantLa coalition au pouvoir remporte les élections de la chambre haute avec plus de deux tiers des sièges

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.