Les employés à temps partiel sont les premiers touchés par les réductions d’effectifs dans les entreprises japonaises. Ceux d’origine étrangère, brésilienne essentiellement, sont particulièrement affectés. Employés à des tâches souvent ingrates, dites « 3K » au Japon, pour kitsui (dur), kitanai (sale) et kiken (dangereux), ils forment une main-d’oeuvre d’appoint pour les industriels qui les recrutent par l’intermédiaire d’agences spécialisées et s’en séparent à la première difficulté.

Leur venue dans l’Archipel date de 1989. A l’époque, le Japon vit une période de forte croissance. Le vieillissement de la population et les premiers déficits de main-d’oeuvre incitent le gouvernement à accorder, fait unique dans l’Archipel, des visas de travail à des personnes non qualifiées. Cette législation est réservée aux descendants de Japonais qui ont émigré en Amérique du Sud à partir de 1908. Baptisés nikkeijin, beaucoup d’entre eux saisissent cette opportunité. 4 000 en 1990, ils sont aujourd’hui 316 000. Après des années 1990 marquées par des tensions teintées de xénophobie, ils ont bénéficié de la croissance entre 2002 et 2008. Certains ont fait venir leur famille.

Avec la crise, les pertes d’emplois se multiplient. Or ces travailleurs n’ont pas d’assurance-chômage et perdent leur logement, fourni à leur arrivée par l’agence qui les a recrutés. Retrouver un emploi leur est difficile, parce que 90 % d’entre eux parlent mal le japonais.

Le 18 janvier, 350 nikkeijin ont défilé à Tokyo. Ruy Ramos, Brésilien ex-membre de l’équipe japonaise de football et star dans l’Archipel, leur a apporté son soutien. « Les résidents brésiliens apportent leur contribution à la société japonaise, a-t-il affirmé. Nous voulons que le gouvernement prenne des mesures pour protéger leur emploi, leur logement et leur droit à l’éducation. »

Philippe Mesmer

[Le Monde.fr->http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/02/16/le-japon-licencie-ses-salaries-d-origine-bresilienne_1155977_3234.html]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentHillary Clinton au Japon
Article suivantLe chef de l’opposition japonaise, Ichiro Ozawa prévient les USA