, Le Japon mise sur le CO2 pour exister

Ecarté par l’engouement pour la Chine et l’Inde, le Japon – dont l’économie pèse 4 700 milliards de dollars (3 178 milliards d’euros), soit plus que celles de ces deux pays réunis – cherche à enrayer une image déclinante sur la scène internationale en se présentant comme le « catalyseur » de la lutte contre le réchauffement de la Terre. Une initiative accueillie avec scepticisme, tant à l’étranger que dans les médias japonais.

Le premier ministre, Yasuo Fukuda, a insisté sur la détermination de son pays à jouer ce rôle moteur, tant dans son discours de politique générale de la mi-janvier qu’au Forum de Davos, samedi 26 janvier, où il a annoncé la création d’un fonds de 10 milliards de dollars destiné à aider les pays émergents à s’engager sur la voie des économies d’énergie.

Il a aussi affirmé que le Japon continuerait à réduire ses émissions de gaz à effet de serre au-delà de l’expiration du protocole de Kyoto en 2012 et surtout que « la fixation d’objectifs mondiaux chiffrés ne pouvait pas être indéfiniment repoussée ».

Une déclaration qui se démarque de la frileuse réserve dont le Japon a fait preuve à la conférence sur le climat de Bali, en décembre 2007, qui lui valut les critiques des Européens, et qui prend de front les milieux d’affaires nippons peu enclins à des objectifs chiffrés.

M. Fukuda a avancé des idées mais s’est gardé d’être plus précis. En pratique, sa vision implique qu’il soit en mesure de persuader les Etats-Unis et la Chine – son premier partenaire commercial – de changer leur position. On peut douter que Tokyo ait un poids politique suffisant. En revanche – et là, le plan paraît plus réaliste -, le Japon peut aider des pays émergents à réduire leurs émissions de CO2.

Depuis les crises pétrolières du début des années 1970 et les affaires de pollution à grande échelle de l’époque, le Japon est devenu le pays le plus avancé dans les économies d’énergie et la protection de l’environnement. Bien qu’il ait quelque peu levé le pied ces dernières années, l’Archipel, deuxième pays de l’OCDE pour la consommation en énergie, est aussi celui où elle est la plus faible par rapport au PIB.

M. Fukuda entend placer les transferts technologiques au centre de la lutte contre le réchauffement et faire de cette question l’un des grands thèmes du G8 qui se tiendra en juillet sur l’île d’Hokkaido, au nord du pays. Il propose de fixer un objectif mondial d’amélioration de l’efficacité énergétique de 30 % d’ici à 2020 et veut que son pays consacre 30 milliards de dollars à la recherche et au développement dans les économies d’énergie au cours des cinq années à venir.

Longtemps, le Japon a fait valoir qu’il ne s’assignerait pas de nouveaux objectifs en matière de réduction des gaz à effet de serre tant que la Chine, l’Inde et les Etats-Unis n’auront pas pris d’engagements. Aujourd’hui, il se départit de cet attentisme et avance la carte de la technologie et de l’innovation, devenu un ressort de la stratégie de ses entreprises, pour débloquer le débat sur le réchauffement. Reste à financer les économies d’énergie des « grands » émergents. Ce que le Japon ne peut pas faire seul.
Philippe Pons (Tokyo, Correspondant)
Lemonde.fr

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentSuzuki fait mieux que prévu au 3e trimestre
Article suivantLe Japon veut renforcer la coopération avec la Chine sur le changement climatique

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.