, Le japonais Fast Retailing dispute au fonds de Dubaï la reprise des magasins Barneys

L’offre du japonais connu en France pour ses marques Comptoirs des Cotonniers et Princesse Tam-Tam est pour le moment la plus élevée à 950 millions de dollars devant celle d’Istithmar, une société de capital-risque contrôlée par l’émirat de Dubaï à 900 millions. Istithmar a jusqu’à mercredi pour améliorer son offre.

La bataille bat son plein pour le contrôle du distributeur américain Barneys. Le japonais Fast Retailing a relevé dimanche à 950 millions de dollars son offre sur le distributeur de luxe Barneys New York Inc., selon un communiqué du groupe de distribution Jones Apparel, qui possède Barneys.

Fast Retailing avait d’abord proposé 900 millions, une somme égalée par son rival Istithmar, une société de capital-risque contrôlée par l’émirat de Dubaï, première en lice sur le dossier avec une proposition initiale à 825 millions de dollars. Istithmar a deux jours ouvrés à compter de lundi pour répondre faute de quoi Jones Apparel acceptera l’offre de Fast Retailing, a déclaré Jones Apparel dans son communiqué.

Jones a racheté Barneys en 2004 pour 400 millions de dollars, transformant ce fournisseur de vêtements et chaussures pour les centres commerciaux en un distributeur haut de gamme, présent notamment à New York City, à Beverly Hills, Chicago, Boston et Dallas, Jones Apparel, qui possède plusieurs marques de vêtements, de chaussures et d’accessoires comme Nine West ou Gloria Vanderbilt s’est lui-même mis en vente l’an dernier mais n’a pas trouvé de repreneur. Il s’est finalement résolu à vendre Barneys après plusieurs mois de négociations.

Si Fast Retailing parvient à ses fins, cela constituerait la plus grosse acquisition à ce jour pour le groupe de Tokyo, qui compte plus de 700 magasins au Japon et cherche à s’étendre à l’étranger. Fast Retailing, propriétaire des magasins Uniqlo, a lancé en 2005 un plan visant à devenir en 2010 « le numéro un mondial du vêtement décontracté » avec des ventes de 1.000 milliards de yens (6 milliards d’euros) par an. Le groupe nippon mène depuis une intense campagne d’acquisitions de nouvelles enseignes et d’ouvertures de magasins Uniqlo à l’étranger (Etats-Unis, Chine, Corée du Sud, Royaume-Uni, France), dans le but d’entrer en concurrence frontale avec les géants américain Gap et espagnol Zara. En France il détient les marques Comptoirs des Cotonniers et Princesse Tam-Tam.

Mais le fonds émirati souhaite renforcer ses intérêts dans le commerce de détail. Istithmar avait annoncé en mai 2006 le rachat pour 300 millions de dollars de la chaîne de magasins Loehmann de New York, qui avait fait faillite sept ans auparavant. Il avait également acquis en octobre 2006, pour 285 millions, un luxueux hôtel de Manhattan, le W Hotel Union Square.En juin de la même année, Istithmar avait indiqué avoir acquis un immeuble de 32 étages au coeur de Manhattan pour 1,2 milliard de dollars. Une semaine auparavant, le fonds avait annoncé avoir acquis pour 300 millions un immeuble des années 1920 de style « Beaux Arts » situé à Times Square, dans le centre de Manhattan. Le 18 juin dernier, ce même fonds a annoncé l’achat du célèbre paquebot de croisière Queen Elizabeth 2 pour en faire un hôtel flottant à Palm Jumeirah, une île artificielle au large de l’émirat de Dubaï.

latribune.fr

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLes dangers du management japonais, par un ancien cadre dirigeant de Renault
Article suivantHonda craint pour ses ventes au Japon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.