C’était un mardi soir lorsque j’ai atterri à l’aéroport de Naha (那覇). À part la chaude odeur d’humidité des îles en ce mois de Septembre, une chose a de suite attiré mon attention : une banderole avec écrit en gros 「めんそーれー」(mensôrê). Serait-ce un mot de vocabulaire passé à la trappe durant mon cursus de licence? Eh bien, NON.

Kokusai doori (Naha) (2012) - Photo ©Sophie Coll
Kokusai doori (Naha) (2012) – Photo ©Sophie Coll

Uchinâ-guchi? Qu’es aco?

L’uchinâ-guchi (うちなー口) ou plus communément « l’okinawaïen » n’est pas (à ma grande surprise) un dialecte mais une langue japonisante. Bien sûr, le peuple okinawaïen parle japonais et possède la culture japonaise, cela veut juste dire que c’est une langue à part entière qui appartient à une branche du japonais.
En effet, j’ai pu constater par moi-même que la plupart de la population (en particulier les personnes âgées et certains jeunes issus de cette île) le parle couramment. Et il n’a rien à voir avec le japonais dit « standard ».

Le plus étrange est que chaque île de l’archipel des Ryûkyû possède sa propre langue, bien qu’ils ressemblent à l’okinawaïen, notamment l’île de Miyako.
Des dictionnaires okinawaïens – anglais existent également et sont disponibles dans les librairies japonaises.
Ainsi, la langue des Ryûkyû reste encore omniprésente de nos jours tant au niveau culturo-historique que touristique, en espérant qu’il ne tendra pas à disparaître.

Petit mémo de vocabulaire okinawaïen :

  • はいたい (haitai) = bonjour (pour les filles)
  • はいさい (haisai) = bonjour (pour les garçons)
  • めんそーれー (mensôrê) = bienvenu
  • にふぇーでーびる (nifêdêbiru) = merci beaucoup
  • はじみてぃーや (hajimitîya) = enchanté(e)
  • ちばりよー (chibariyô) = courage!
  • うちなー (uchinâ) = okinawa
  • でーじー (dêjî) = très
  • やいびん (yaibin) = être (équivalent de la copule です)

Le site de la NHK propose une émission appelée 「うちなーで遊ぼ」(amusons-nous à Okinawa) par de petits épisodes sur la culture d’Okinawa en général en japonais et en uchina-guchi. Vous pourrez aussi y trouver des contes retranscrits et même des chansons.

Sophie Coll

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentAujourd’hui au Japon – 01/11/2013
Article suivantMitsuri Chino, première femme à devenir cadre supérieure

5 Commentaires

  1. Euh rien, c’était pour faire avancer le chmilblick.
    Okinawa n’est réellement japonais que depuis une grosse centaine d’année et le Japon a traité la population en colonisée jusqu’à une époque récente ( voir le « zoo » où étaient exhibés les « sauvages » et les massacres de l’armée impériale).
    Je suis allé plusieurs fois dans îles ( magnifiques) de l’archipel des Ryukyu pour constater que la population d’origine a peu à voir avec les japonais métropolitains.

  2. Attention : je ne relate seulement ce que j’y ai vu, constaté, et appris par les cours que j’ai eu à l’Université là-bas et la vie quotidienne. (déjà précisé auparavant)
    De plus, je fais référence à la langue et non pas à la population. Mais je suis d’accord sur le point qu’ils n’ont rien à voir aux japonais de Honshû, c’est indéniable.

  3. Il faut dire que l’Okinawaïen n’est qu’une des nombreuses langues japoniques qui peuplent l’archipel des Ryu-kyu (ou Luchu) qui compte aussi le Miako, le Yonaguni, le Yaeyama, etc, dont l’intercompréhension avec le Japonais et entre-elles est quasi nulle. Là, il n’est point question de vulgaires « dialectes » ou « patois » (方言) tels qu’injustement considérés par un certain nombre de personnes, à l’exception de l’Uchina-yamatuguchi, un mélange de Japonais et d’Okinawaïen, parlé par les jeunes.

    Il faut souligner que toutes les langues locales des îles Ryu-kyu sont désormais en grand danger de disparition, n’étant plus parlées que par les anciens, tandis que peu de mesures concrètes ont étés faites afin de les préserver et promouvoir leur usage.

    Si vous voulez en savoir plus sur les langues de Ryu-kyu, je vous conseille les liens suivants (en Anglais):
    http://japanfocus.org/-Patrick-Heinrich/1596
    http://japanfocus.org/-Matthias-Brenzinger/3138
    http://japanfocus.org/-fija-bairon/2586

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.