Notre belle langue française est infiniment complexe. Savoir comment accorder les couleurs au pluriel et au féminin n’est pas toujours une mince affaire pour nos amis étrangers (et parfois pour les Français eux-mêmes). En japonais, les choses sont heureusement beaucoup plus simples, même s’il existe quelques petites subtilités dont je vais vous parler aujourd’hui.

Amanohashidate, l'une des 3 vues les plus célèbres du Japon qu'on peut qualifier de 白砂青松 (© SElefant)
Amanohashidate, l’une des 3 vues les plus célèbres du Japon qu’on peut qualifier de 白砂青松 (© SElefant)

Des adjectifs et des noms

Certaines couleurs sont des adjectifs en い. Il n’y en a que 6, mais ce sont les principales : les trois couleurs primaires – 赤い (あかい、rouge), 青い (あおい, bleu/vert), 黄色い (きいろい、jaune) – le noir 黒い (くろい) et le blanc 白い (しろい), ainsi que le marron 茶色い (ちゃいろい、littéralement, couleur de thé).
Comme les autres adjectifs en い, ces couleurs précèdent immédiatement le nom auquel elles se rapportent.

Ex : 赤い車 (あかいくるま) la voiture rouge.

Les autres couleurs sont des noms (et pas des adjectifs en な, comme on pourrait s’y attendre). Certaines s’écrivent en kanji (緑、みどり、vert, 金, きん、doré), d’autres en katakana (ピンク, rose, オレンジ, orange). Comme ce sont des noms, elles sont reliées aux noms qu’elles déterminent par la particule の。

Ex : 緑の車 (みどりのくるま) la voiture verte

Il faut aussi noter que les 6 couleurs adjectifs en い susmentionnées peuvent perdre leur い et se comporter elles aussi comme des noms, fonctionnant alors avec la particule の. Le sens est exactement le même.

青 (あお), une couleur particulière

Pour traduire 青, les dictionnaires donnent à la fois bleu et vert, ce qui peut s’avérer troublant pour nous qui avons l’habitude de bien distinguer ces deux couleurs (ce n’est pas le cas dans toutes les cultures). 青 désigne avant tout le bleu d’un ciel dégagé. Mais c’est aussi un terme générique pour désigner une large palette de couleurs allant de l’indigo au vert. Le mot 緑 (みどり), qui désigne le vert en japonais moderne, n’est apparu qu’à l’époque Heian, où on le considérait seulement comme une nuance de 青. Ce n’est qu’au XXe siècle que le vert a été considéré comme une couleur bien distincte.

Si 青 tend plutôt, de nos jours, à désigner le bleu, on l’emploie aussi pour désigner le vert des plantes. Par ailleurs, 青 a aussi le sens de « manque de maturité », qu’il s’agisse d’un végétal ou d’une personne (comme en français). A noter qu’en chinois moderne 青 a plutôt le sens de vert (qui se dit aussi 绿), bleu se disant 蓝 (en japonais, ce caractère a gardé son sens originel d’indigo)

Enfin, de manière plus anecdotique, 青 désigne aussi le pelage noir à reflets bleus d’un cheval.

Mer ou montagne ?

Pour finir deux 四字熟語 (よんじじゅくご, expressions composées de quatre caractères) célébrant la beauté de la nature et de ses couleurs.

山紫水明 (さんしすいめい)
山 signifie montagne, 紫, violet, 水, eau, 明, lumineux. L’expression évoque les reflets bleus et violets que revêt la montagne par beau temps, et les reflets du soleil dans l’eau. Elle est utilisée pour mettre en valeur la beauté d’un site.

白砂青松 (はくしゃせいしょう) :
白 signifie blanc, 砂, sable, 青, ici vert, puisqu’il s’agit d’un arbre, 松, pin. Nous avons donc un paysage idyllique de sable blanc et de pins verdoyants, idéal pour se prélasser durant l’été.

****

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. J’espère que vous avez fait le plein de couleurs. それでは、また。

Écrit par Élisabeth de Sukinanihongo