Situé à Shinjuku à l’ouest de Tôkyô, le Golden Gai prend l’apparence d’un petit quartier sombre, seulement illuminé par quelques lanternes et enseignes lumineuses. Mais les bars situés dans cette zone sont conviviaux et cette rue atypique est un incontournable de la vie nocturne tokyoïte.

Une première impression partagée…

Que de micro-bars dans ce quartier qui malgré son étroitesse, en condense plus de 200. 4 à 6 personnes seulement peuvent y entrer à la fois, et si vous ne parlez pas japonais, mieux vaut se cantonner à ceux dont les écriteaux sont aussi en anglais. On peut facilement se sentir étranger au début, car de nombreux habitués viennent régulièrement prendre un verre et discuter avec le tenancier qu’ils connaissent bien.

Mieux vaut vérifier si l’on est le bienvenu, car certains bars n’acceptent que les habitués, alors que d’autres acceptent à bras ouverts la venue d’étrangers. L’entrée peut aussi être payante, la capacité d’accueil très restreinte de l’établissement et les prix ne sont pas les plus bas. Le quartier était auparavant celui où régnait la prostitution, et il est un labyrinthe en lui-même, qu’il vous faudra explorer lors de votre visite de Tôkyô.

… Mais un lieu qui regorge de surprises cachées

Micro-bar à Golden Gai

Ces rues enchevêtrées et aux petites constructions authentiques donnent un aperçu de ce à quoi ressemblait Tôkyô avant la Seconde Guerre mondiale. Malgré son apparence intimidante, il s’agit cependant d’un lieu insolite à expérimenter une fois, surtout si vous souhaitez discuter avec des locaux dans une ambiance conviviale.

Certains bars se concentrent sur un seul genre de musique en particulier. D’autres encore projettent des films, ou laissent libre cours au talent de leurs clients avec des séances karaokés. Malgré le fait que ces bars ne fassent pas d’effort pour attirer les touristes, déjà satisfaits de leur clientèle régulière et de l’ambiance particulière qui règne dans le quartier, la destination est de plus en plus prisée par les étrangers.

5 bars à découvrir à Golden Gai

Asyl

Un bar tenu par Abe, maître dans l’art de la conversation et dans le mélange de boissons. Les fans de musique coréenne pourront notamment trouver leur bonheur, car le tenancier rédige des articles sur la k-pop pour un magazine japonais. Il sera facile de se faire de nouveaux amis lors d’une tournée ainsi que de rire avec le patron.

Nana

Ce bar à thème est un des lieux à ajouter à votre liste. Il s’agit du plus petit bar flamenco du monde ! Il a été fondé au début des années 60 par une Japonaise passionnée de culture espagnole. Tapas et musique andalouse au rendez-vous.

Kenzo’s bar

Le patron semble apprécier les motifs léopards, car ils sont imprimés aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur du bar ! Il saura aussi vous faire la conversation, sur un air rock des années 80. Il est habitué à recevoir des étrangers et ne sera donc pas farouche avec ceux qui ne maîtrisent pas le japonais.

Bar Darling

Mesdames qui avez peur de vous faire draguer lourdement ou de vous promener seule dans ces ruelles lugubres, filez sans hésitation ici ! Il s’agit du numéro un des établissements courtois envers les femmes. Le tenancier est un acteur qui est apparu dans diverses pièces de théâtres et films. Plus de 100 boissons alcoolisées sont au menu, et le personnel féminin est ouvert et chaleureux.

Albatross G

On trouve ici un intérieur sophistiqué, avec des chandeliers, mais aussi des boules à facettes, crucifix, miroirs et têtes d’animaux empaillés. Le propriétaire de l’établissement a pris le pari d’une décoration originale, avec également des expositions de photos et peintures qui ravira les passionnés d’art. Deux petits étages dans ce minuscule établissement, avec le bar au rez-de-chaussée, les œuvres au premier et une sorte de mini balcon au deuxième.

Golden Gai en journée, une atmosphère complètement différente