L’entreprise publique NHK a révélé mercredi, que la mort d’une de leurs journalistes en 2013 était due à des conditions extrêmes de travail. A 31 ans, la journaliste est décédée d’une insuffisance cardiaque après 8 ans de poste dans l’entreprise. 

Presque 4 ans après le drame, NHK prend ses responsabilités face au drame vécu en leur sein. En effet, Miwa Sado, alors journaliste, décède suite à une insuffisance cardiaque. Les causes de ce décès sont claires d’après les inspecteurs du travail, le surmenage au travail. En effet, Miwa Sado aurait travaillé 159 heures supplémentaires sur une période d’un mois, avec seulement 2 jours de repos dans le mois.

L’entreprise assume sa responsabilité dans l’affaire, déplorant l’organisation actuelle de l’entreprise. Pour ce qui est de la famille, elle espère que le cas de Miwa Sado interpellera. Un appel au secours peut être entendu car en 2015, après le suicide d’un employé de Dentsu, l’administration du premier ministre Shinzô Abe a commencé à chercher des solutions pour améliorer les conditions de travail.

 

 

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

ViaThe japan Times, Asahi Shimbun
SourcePhoto: Hirosa
Article précédentLe JNTO utilise le digital pour promouvoir le Japon
Article suivantSortie du livre La Légende des Akakuchiba en octobre
Assistante Marketing et communication à Japon Information

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.