Ce 23 novembre, la Chine s’est illégitimement octroyée un nouvel espace de défense aérien au-dessus des îles Senkaku (ou îles Diaoyutai en chinois), provoquant immédiatement la colère du gouvernement japonais et de son allié américain.

Les îles Senkaku (
Les îles Senkaku (Diaoyutai en chinois) – Photo : CC- Al Jazeera English

Suite à cela, la réponse de Tôkyô ne s’est pas faite attendre puisque, le jour-même, Shinzo Abe a répondu lors d’une session parlementaire de la Chambre Haute que « ceci est inacceptable pour le Japon ». Il a été soutenu par John Kerry, le secrétaire d’État des États-Unis, qui s’est dit « inquiet par l’initiative unilatérale de la Chine », et qui a invoqué pour l’occasion le Traité de coopération mutuelle et de sécurité entre les États-Unis et le Japon. Selon l’article 5 de ce traité, les États-Unis s’engagent à défendre le Japon si ce dernier est menacé par un pays tiers. John Kerry a ajouté que ce traité englobe aussi les îles Senkaku.

Le ministre de la défense japonais Itsunori Onodera a déclaré aux journalistes que : « La décision unilatérale de s’octroyer un espace de défense aérien sans aucune consultation avec les pays voisins est un problème contre lequel nous devons réagir. Si un incident devait se produire dans cet espace aérien, cela pourrait déclencher une situation très dangereuse. »

Ce nouvel épisode alimente encore les tensions entre Pékin et Tôkyô sur la souveraineté des îles Senkaku. Rappelons que ces îles appartiennent officiellement au Japon mais sont revendiquées par la Chine. Les enjeux autour de ces îles sont à la fois économiques et stratégiques. Économiques car des gisements d’hydrocarbures pourraient se trouver dans l’environnement sous-marin, et stratégiques car la Chine renforcerait sa politique militaire dans la zone en affaiblissant notamment la présence américaine.

Daï Kaho – sources : Asahi Shimbum – Japan Times 

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentC’est l’heure du bain dans le ZOOM Japon de novembre
Article suivantAdoption d’un nouveau projet de loi sur la protection des secrets d’États

5 Commentaires

    • Point de réponse quand on est muselé par l’article 9 de la constitution (constitution dictée mot pour mot par l’occupant américain après la 2e guerre mondiale… Le Japon est faible politiquement (voulu par l’occupant) et ne possède par l’arme nucléaire, contrairement à la Chine… La Chine communiste suit son plan d’expansion programmée des décennies auparavant. Dans tous les cas de figure, comme les USA ne veulent pas d’un conflit en Asie, le Japon perdra ses prérogatives sur les Senkaku…

      • L’article 9 de la constitution a bien arrangé le Japon pendant plus de 60 ans, le Japon voulait faire des affaires et ne pas se fâcher avec ses clients. Cela lui a permis de se refaire une virginité en politique internationale et a considérablement amoindri le souvenir impérialiste de son passé militariste de la mémoire de la communauté internationale excepté bien sur des pays qui ont été en conflit direct avec le Japon et qui eux ne sont pas prêts d’oublier les massacres et l’occupation coloniale du Japon.
        C’est le Japon qui a voulu rester à l’abris du parapluie américain alors qu’il aurait pu s’en dégager depuis au moins 35 ans pour prendre des responsabilités sur la scène internationale, mais des responsabilités le Japon n’en veut point, il ne veut pas s’engager dans les conflits pour aider les autres pays mais il veut que les autres pays l’aident.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.