Quotidiennement, notre équipe sélectionne et trie toute l'actualité du Japon afin de vous livrer l'essentiel de l'information japonaise. Nos revues de presse sont composées de quatre à cinq sujets, principalement axés sur la politique, l'économie, la société ou encore les faits divers, puis un dernier plus léger pour vous faire découvrir un autre regard de l'Archipel.

Cette revue de presse est offerte avec les abonnements à Japon infos et sera inaccessible prochainement pour les non-abonnés.

Dans cette revue de presse du mardi 6 novembre, nous aborderons : la rencontre des Premiers ministres japonais et malaisiens au sujet de la reconstruction fiscale de la Malaisie, le groupe Mitsubishi et les indemnisations pour plusieurs Chinois, l’intervention de la Turquie dans la libération du journaliste japonais et enfin d’une bagarre assez atypique entre deux alpagas. 

Abe et Mahathir : discussions de la reconstruction fiscale de la Malaisie

Aujourd’hui, le Premier ministre Shinzô Abe s’est entretenu à Tôkyô avec son homologue malaisien Mahathir Mohamad. La visite de Mahathir a eu lieu après que Kuala Lumpur ait déclaré que Tôkyô avait offert de garantir à la Malaisie l’émission d’obligations libellées en yens d’une valeur de 200 000 milliards de yen (1 553 901 215€). Ceci prendra effet l’année prochaine dans le cadre de ses efforts pour soutenir la reconstruction budgétaire du pays d’Asie du Sud-Est. Des responsables japonais ont déclaré que lors de leurs entretiens dans le bureau d’Abe, les deux dirigeants devraient discuter de défis régionaux. Ils devraient, par la même occasion, parler de la dénucléarisation de la Corée du Nord et la situation en mer de Chine méridionale, où Kuala Lumpur et d’autres pays d’Asie du Sud-Est ont des revendications territoriales qui se superposent à celles de Pékin. Toujours d’après ces responsables, les dirigeants devraient également être susceptibles d’accepter de travailler ensemble dans des domaines tels que l’éducation et le développement des ressources humaines.

Mitsubishi Materials sur le point d’indemniser plusieurs Chinois

Ce dimanche, il a été annoncé que Mitsubishi Materials Corp. en était aux dernières étapes de la création d’un fond qui servira à indemniser des milliers de Chinois. Cette indemnisation sera pour les Chinois qui ont été forcés de travailler au Japon durant la Seconde Guerre mondiale. Mitsubishi Materials versera 100 000 yuans (12 695€) à chacune des victimes et à leurs familles. Conformément au règlement, le fond gérera les sommes versées par la société aux 3 765 victimes et confirmera l’éligibilité des familles endeuillées dotées de droits de succession. Selon des sources proches de l’accord, le fond devrait être opérationnel d’ici la fin de l’année en cours, qui marque le 40e anniversaire du traité de paix et d’amitié entre les deux pays.

Aide de la Turquie dans la libération du journaliste japonais

Le ministre turc des Affaires étrangères a annoncé, mardi 6 novembre, que les responsables des services de renseignement du pays avaient reçu l’ordre de travailler à la libération d’un journaliste japonais indépendant retenu en captivité en Syrie. Ceci à la suite d’une demande faite en septembre par le Premier ministre Shinzô Abe de coopérer. Selon le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, la question des otages a été soulevée lors de la rencontre entre Abe et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, à New York à la fin du mois de septembre. Cavusoglu a également déclaré qu’aucune rançon n’avait été versée par la Turquie ou le Japon avant la libération du journaliste Junpei Yasuda en octobre.

Une bataille d’alpaga éclate à Niigata

La bagarre a éclaté au centre d’amitié pour les animaux du parc Ikutopia Shoku Hana de Niigata, lorsque deux alpagas ont commencé à se battre dans leur stand. La scène a été filmée et postée sur Twitter par l’utilisateur Chimachan (@ nn930310). La cause de la bagarre au ralenti n’est pas tout à fait claire mais suite à cette altercation le personnel s’est rapidement rendu sur les lieux pour faire taire les deux animaux, qui d’ordinaire sont  généralement doux.