Depuis plusieurs années The Garage International organise au festival d’Avignon des spectacles d’artistes japonais du milieu de la danse et de la musique avec des personnalités comme la chorégraphe Hanayagi Egiku et la musicienne Kawaguchi Etsuko. 

Cette année encore, deux spectacles magnifiques sont présentés dans les murs de l’hôtel Mercure en plein centre de la ville. Mêlant art traditionnel et interprétation contemporaine, Hanayagi Egiku et Kawaguchi Etsuko proposent des danses et un concert de koto qui donnent au festival provençal un air de soleil levant.

 

 

La chorégraphe Hanayagi Egiku évoque les légendes nippones avec La femme de la neige (Yukionna) ou Sur la pleine lune de la nuit (Getsuren) : fantômes que dessinent des pas et une chorégraphie précise et efficace, ces personnages évoquent les esprits d’humains ou d’éléments naturels qui prennent vie sur l’espace de la scène au son du shakuhachi ou du koto. Matsuri, quant à elle, reprend des éléments de danse traditionnelle plus populaire qui joue avec le mouvement et les couleurs du kimono de l’interprète.

 

 

 

Kawaguchi Etsuko, musicienne qui appartint à l’Académie de musique traditionnelle de NHK, a depuis longtemps proposé une vision du koto à la fois classique et contemporaine. Jouant sur l’aspect mélodique aussi bien que rythmique, la musicienne reprend des airs classiques tout en interprétant des compositions plus contemporaines, balayant un large pan du répertoire de cet instrument à cordes si particulier à la culture japonaise. Utsuroi, le passage du temps, c’est peut-être ce passage du mouvement sur les cordes et les époques qui retranscrit un peu l’esprit du Japon.