Dans la revue de presse de ce jeudi 3 octobre, nous aborderons : la formation d’un syndicat pour améliorer les conditions de travail chez Uber, puis la coopération médicale entre le Japon et la Corée du Nord, et enfin l’inquiétante hausse de la TVA.

Syndicat pour les employés d’Uber Eats

Ce jeudi 3 octobre, des employés du service de livraison de produits alimentaires Uber Eats ont formé un syndicat. Le président du syndicat, Tomio Maeba, a déclaré vouloir « des conditions de travail plus sûres et plus stables pour tous les travailleurs des plateformes ». En effet Uber a été accusé entre autres de ne pas fournir à ses employés contractuels (les « platformeurs », qui sont environ 15000 au Japon) une assurance pour les indemnités d’accident et autres avantages dont bénéficient les travailleurs réguliers.

Accord médical Japon-Corée du Nord

Les associations médicales professionnelles nord-coréennes et japonaises se sont mises d’accord pour approfondir les échanges sur la technologie des soins de santé. Mitsuaki Maseki, président de la Chambre des délégués de l’Association médicale japonaise, a également déclaré que l’organisation des médecins nord-coréens est prête à entrer dans l’Association médicale mondiale. C’était la première fois que des hauts fonctionnaires de la plus grande organisation professionnelle de médecins du Japon étaient envoyés en Corée du Nord pour offrir une aide médicale.

Inquiétante hausse

Depuis mardi, la TVA sur la consommation au Japon est passée de 8 à 10%. Une hausse considérable qui inquiète grandement la population, dont les salaires n’ont pas vraiment augmenté. Cet impôt a été instauré en 1989 à hauteur de 3%. Et suite à chacune de ses deux précédentes augmentations (5% en 1997, puis 8% en 2014), le pays avait sombré en récession. Mais cette hausse a été jugée inévitable par Shinzô Abe au vu de la dette publique du pays (226% du PIB).