Les constructeurs de voiture japonais devraient dépenser 1,8 milliards de dollars pour ouvrir une usine commune en début 2020.

Toyota Motor et Mazda Motor souhaitent s’associer afin de construire une usine de montage aux États-Unis. L’usine devrait produire 300 000 voitures par an, notamment des modèles de tailles moyenne et large. Si Mazda ne possède pas d’usine aux États-Unis, Toyota fait produire environ la moitié de ses véhicules là-bas, ce qui est déjà un taux plus faible que ses concurrents, notamment Honda Motor. Un des objectifs de cette alliance serait de se conformer aux politiques protectionnistes du président des États-Unis Donald Trump. Le projet permettrait aussi une diminution du risque des devises et d’aider les deux entreprises à mieux connaître et répondre aux besoins locaux.

Les partenaires doivent d’abord se concentrer sur la fabrication des modèles répandus VUS. Mais comme la demande de VUS est sensible aux prix du carburant, les constructeurs prendront donc des mesures pour facilement orienter la production vers d’autres modèles. La base de production de Mazda se trouve au Mexique. Les VUS que l’entreprise vend sont importés du Japon. En 2015, les deux constructeurs avaient déjà annoncé qu’ils étendraient leur partenariat afin de coopérer pour un développement respectueux de l’environnement et une technologie mettant l’accent sur la sécurité du conducteur.