Partir à l’aventure au Japon, c’est l’occasion de faire des rencontres, de voir du pays, de s’immerger dans la culture locale et de pratiquer la langue sur le terrain. Mais pour y rester une longue période, il est parfois nécessaire de trouver un travail et cela peut en effrayer plus d’un.

L'archipel d'Okinawa comporte de nombreux resorts qui sont autant d'opportunités d'emploi pour les étrangers (© あばさー)
L’archipel d’Okinawa comporte de nombreux resorts qui sont autant d’opportunités d’emploi pour les étrangers (© あばさー)

Les étrangers vivant au Japon, les gaijin (がいじん), trouvent pour commencer, des petits emplois rémunérés à mi-temps appelés arubaito (アルバイト). C’est souvent la voie la plus simple pour accéder au marché du travail japonais.

Mais comment organiser tout cela ? Comment entrer en contact avec des entreprises japonaises et, plus important, comment trouver un travail sans maîtriser la langue ?

Il y a quelques mois, je suis entré en contact avec le site internet boobooski.com qui propose des jobs rémunérés aux étrangers souhaitant travailler plusieurs mois au Japon. Aucun pré-requis linguistique n’est requis (juste à préciser son niveau global) et l’entreprise se charge ensuite de trouver des offres auprès de ses partenaires : hotels/resorts. Vous recevez ensuite par email les postes à pourvoir. Mieux, il est possible de rester une année complète au Japon en étendant son contrat ou en changeant de resort selon la saison (l’hiver, les resorts en montagne sont plus actifs, et l’été c’est la plage qui recrute).

Cependant, il est de la responsabilité du demandeur d’emploi de se proccurer un VISA vacances/travail couvrant la durée du séjour demandé (maximum un an, voir le site de l’ambassade) et de souscrire à une assurance santé. Mais pas d’inquiétude à avoir, Boobooski vous accompagne pas à pas dans vos démarches et un guide en ligne référence toutes les procédures à suivre. De même, la billet d’avion est à la charge de l’employé bien qu’il y ait un défraiement des transports sur place de 10 000 yens.

Mes impressions après 2 mois à Okinawa :

Commencer ma vie active au Japon est une vraie opportunité pour moi, Okinawa est une île vraiment magnifique et la vie au resort est très cosmopolite, l’équipe est internationale : France, Ecosse, Australie, Nouvelle Zélande, USA, Chine, Népal, etc. J’aime beaucoup le temps que je passe au restaurant avec l’équipe ; bien entendu il faut un temps d’adaptation pour s’habituer au travail et au modèle hiérarchique japonais très rigide, mais cela s’est bien passé pour moi. Ma vie ici ne fait que commencer, mais j’ai déjà tellement appris sur la vie sociale dans l’archipel.

Le baito longue durée dans un resort, c’est pour qui ?

D’abord, c’est pour toutes les personnes qui souhaitent sauter le pas et vivre une vraie expérience culturelle de longue durée au Japon. Mais attention, il ne s’agit en rien de vacances rémunérées, l’objectif de cette expérience est de vivre sa vie au Japon, de partager les avantages et les contraintes d’un emploi “à la japonaise”. La plus belle des récompenses, c’est de profiter du Japon avec ses amis grâce à l’argent que l’on aura durement gagné au resort, cela donne vraiment le sentiment de participer à son niveau à la vie du pays et d’être réellement indépendant.

Les plus:

  • Boobooski est un service GRATUIT ! Boobooski ne réclame aucune commission de votre part
  • Possibilité de travailler avec des japonais et de comprendre la culture d’entreprise
  • Meilleure expérience pour valoriser son CV
  • Possibilité d’opportunités de carrière au fil des rencontres
  • Apprendre le Japonais sur le terrain
  • Rémunérations pour financer des voyages touristiques annexes
  • Possibilité de changer de resort en cours d’année selon la saison (ex: ski en hiver, plage en été)

Les moins:

  • Horaires de travail pas toujours optimaux
  • Engagement auprès du resort pour une date fixe non révoquable, manque de flexibilité
  • Nécessité de payer son billet d’avion
  • Obligation d’avoir un capital de 4500€ sur son compte bancaire au moment du VISA (ou 3200€ avec billet en poche)
  • Travail très physique et jours de congé irréguliers.

Thomas Prou

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentExpo universelle : le pavillon du Japon reçoit le prix de la meilleure exposition
Article suivantImportante réunion trilatérale entre la Chine, la Corée de Sud et le Japon

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.