Une hausse de 30 % des crimes sur mineurs a été observée sur la période de janvier à septembre de cette année, en comparaison à l’année précédente. Les médias sociaux seraient largement utilisés, facilitant la pornographie et la prostitution de mineurs. 

Une situation alarmante d’après le chef de la NPA (National Police Agency): 919 personnes de moins de 18 ans ont été victimes de pornographie infantile ou de prostitution. Les 15-17 ans sont parmi les plus touchés. Les lycéens ou lycéennes représentent 80% des victimes: une grande partie des victimes pratique l’enjo kôsai, et affirment qu’elles avaient besoin d’argent.

Le gouvernement et les institutions publiques ou privées recherchent activement des solutions pour enrayer le problème. C’est pourquoi, d’ici juin prochain, les magasins de smartphones devront activer un service de filtrage pour les moins de 18 ans, leurs interdisant l’accès à certains sites. Certains médias sociaux essayent aussi de trouver des solutions qui sécuriseraient les utilisateurs mineurs.