Dans la revue de presse de ce mercredi 18 septembre, nous aborderons : la volonté du gouvernement de rendre les universités plus accessibles, puis un conflit flou de ZEE entre la Corée du Nord et le Japon, et enfin les ravages de la peste porcine toujours d’actualité.

Moins d’inégalités dans l’éducation

Dans le cadre d’un programme spécial, dès le début de l’année scolaire 2020, le gouvernement d’Ôsaka mettra en place un système de réduction des frais de scolarité dans certaines universités. Les frais seront réduits pour les ménages en fonction de leurs revenus, et gratuits pour les moins aisés. Le gouvernement national mettra en place un système basé sur le même principe, mais beaucoup moins avantageux et avec une portée plus limitée. Le gouverneur d’Ôsaka, quant a lui, a déclaré vouloir rendre « l’enseignement supérieur gratuit ».

Incident flou entre la Corée du Nord et le Japon

La Corée du Nord a déclaré mardi qu’un patrouilleur et des navires des gardes-côtes japonais avaient « fait une intrusion illégale » dans sa zone économique exclusive. Des responsables japonais avaient révélé la semaine dernière un incident : un homme armé d’une carabine et supposé nord-coréen aurait menacé les patrouilleurs, près d’une riche zone de pêche. Tôkyô a déposé une protestation auprès de la Corée du Nord. Le rapport nord-coréen de mardi annonçait : « l’expulsion des navires japonais de notre zone est un exercice juste et conforme à nos droits souverains ».

La peste porcine sévit toujours

Un an après la déclaration du premier cas de peste porcine, le Japon lutte toujours contre la maladie. Des infections ont été détectées dans 8 départements : Gifu, Aichi, Nagano, Fukui, Mie, Ôsaka, Shiga et Saitama. Environ 130 000 porcs ont été abattus. Les mesures prises pour empêcher la propagation de la maladie n’ont pas été efficaces et des discussions sont toujours en cours pour déterminer si la vaccination doit être poursuivie. Le ministère est préoccupé car le Japon pourrait perdre son statut de pays indemne de peste porcine, et cela réduirait les exportations.