Suite à la crise en Ukraine, les relations entre l’Occident et la Russie se sont tendues.

Vladimir Poutine et Shinzo Abe au sommet de l'APEC à Hanoï en 2006
Vladimir Poutine et Shinzo Abe au sommet de l’APEC à Hanoï en 2006

Le Japon avait participé à la mise en place de sanctions contre Moscou ce qui avait surpris et mécontenté le Président Poutine.

En effet, les deux pays tentaient des rapprochements afin de discuter des Territoires du Nord. Ceux-ci ont été annexés par l’Union soviétique en 1945 et sont depuis lors réclamés par le Japon.

Afin de conserver des relations cordiales avec la Russie, Tôkyô se montre plus conciliant ce qui irrite les États-Unis qui ont maintenu une ligne dure sur les interventions russes en Crimée.

En avril, le Ministre des Affaires étrangères, Fumio Kishida, avait vu sa visite en Russie reportée sous la pression américaine.

En mai, le Secrétaire général du Secrétariat de la sécurité nationale, Shôtarô Yachi, s’était rendu à Moscou sans que Washington ne soit averti.

Enfin, le 2 juin c’est le Président de la Douma (chambre basse russe) Sergey Narychkine, interdit aux États-Unis, qui était au Japon à l’occasion d’un évènement de promotion de la culture russe.

Il y a lu un message de Vladimir Poutine déclarant qu’un tel évènement « joue un rôle très important dans l’amélioration de notre confiance mutuelle ».

En réponse, le gouvernement japonais espère « sincèrement que la compréhension et les échanges entre les citoyens russes et japonais continueront ».

Pour le cabinet d’Abe, Sergey Narychkine est un homme important pour les relations russo-japonaises de par ses liens étroits avec le président russe. « C’est une personne qui peut donner directement un avis à Poutine » indique une source diplomatique japonaise.

Afin d’essayer d’apaiser le courroux américain, le Secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga, a précisé que la visite était prévue avant le crise ukrainienne. Mais pas sûr que cela soit suffisant alors que le G7 commence ce 4 juin.

Pierre-Etienne De Lazzer – source : The Asahi Shimbun