Ce week-end, Shinzo Abe en déplacement au Cambodge et au Laos, a bouclé dimanche 17 novembre sa tournée étrangère des 10 pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) entamée début 2013. Le but de ces déplacements est de renforcer les relations du Japon avec les autres pays de l’ASEAN, afin de contrer la présence très forte de la Chine dans ces régions.

Shinzô Abe - Photo : iv/D. Myles Cullen
Shinzô Abe – Photo : iv/D. Myles Cullen

Shinzo Abe a déclaré lors d’une conférence de presse à Vientiane : « nous avons le soutien (du Laos) concernant notre politique pro-active pour promouvoir la paix et la sécurité dans la région ». Au Cambodge, avec son homologue Hun Sen, ils ont souligné l’importance de régler par des moyens pacifiques les disputes territoriales en Asie-Pacifique en mettant en place des lois, et en renforçant la sécurité maritime.

La sécurité est justement le sujet sur lequel le premier ministre japonais n’a cessé d’insister durant ses nombreuses visites, car elle s’inscrit dans sa stratégie diplomatique contre la Chine. Abe a cherché des soutiens auprès des pays comme les Philippines ou le Vietnam qui ont eux aussi des problèmes territoriaux avec la Chine. La semaine dernière le Japon a par exemple envoyé 1180 soldats aux Philippines suite à la catastrophe du typhon Haiyan.

Bien que le Japon cherche à consolider ses liens avec les pays de l’ASEAN en investissant dans des projets de développement, il lui sera difficile de concurrencer son voisin chinois. Car la contribution économique de la Chine dans la région est bien plus importante que celle du Japon. Selon un entrepreneur cambodgien proche du premier ministre Hun Sen, « la Chine crée des emplois avec ses investissements […] nous remercions le Japon pour son aide, mais son influence est secondaire par rapport à celle de la Chine ».

Un sommet à Tôkyô avec les membres de l’ASEAN est prévu pour décembre. Shinzo Abe souhaite lors de ce sommet « amener à un niveau supérieur les relations entre le Japon et les membres de l’ASEAN ».

Daï Kaho – sources : The Japan Times, The Asahi Shimbun