Une attaque au couteau a été perpétrée ce mardi 26 juillet dans un centre pour déficients mentaux à Samigahara, département de Kanagawa. Le bilan total s’élève à 19 morts et 26 blessés.

La ville de Sagamihara, Kanagawa, où a eu lieu le terrible incident (© Phronimoi)
La ville de Sagamihara, Kanagawa, où a eu lieu le terrible incident (© Phronimoi)

Satoshi Uematsu, homme âgé de 26 ans et sans emploi, a été arrêté par la police pour soupçons de tentative de meurtre et d’intrusion, après s’être rendu de lui-même au commissariat de Tsukui aux alentours de 3h du matin. Il était alors en possession de 3 couteaux ensanglantés.

Selon les policiers, ils auraient reçu un appel d’urgence du centre pour déficients mentaux Tsukui Yamayuri-en vers 2h45 ce matin, car un homme armé d’un couteau s’était infiltré dans le bâtiment en brisant au marteau une vitre du rez-de-chaussée. Ils se sont alors rués sur les lieux, et y ont découvert de nombreuses victimes poignardées : on déplore au moins 19 morts âgés de 19 à 70 ans, et 25 blessés dont 20 graves.

En février dernier, Uematsu avait écrit une lettre au Président de la Chambre basse de la Diète, dans laquelle il décrivait son intention de tuer des gens à Tsukui Yamayuri-en. D’après la police, Uematsu serait en effet un ancien membre du personnel de l’établissement, il y aurait travaillé de décembre 2012 à février dernier. Uematsu aurait déclaré à la police qu’il valait « mieux que les handicapés disparaissent ».

Dans la lettre, il expliquait qu’il avait pitié des handicapés cloués à leur chaise roulante pour leur vie entière n’ayant que peu ou pas de contact avec leur famille, et demandait à ce qu’on autorise leur euthanasie. Il avait déjà prévu de passer à l’acte la nuit, au moment où le nombre d’employé était le moins important.

Uematsu avait par la suite été interné en hôpital psychiatrique jusqu’en mars, après avoir proféré des menaces de meurtre à l’encontre de personnes handicapées tandis que des traces de marijuana avaient été retrouvées dans son sang. Il serait ensuite sorti de l’hôpital en déclarant qu’il allait continuer à vivre avec sa famille.

Selon les responsables de l’hôpital où sont pris en charge les blessés, « l’auteur [de l’attaque] a délibérément ciblé les nuques [des victimes]« . Ce mode opératoire connote une violence certaine de la part de l’auteur, mais aussi un possible désir de ne pas faire souffrir longtemps. Dans tous les cas, c’est l’un des pires massacres de l’histoire du Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Nathalie Arnoux – Sources : The Japan Times, The Japan News, The Asahi Shimbun

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLa plus vieille église du Japon candidate au patrimoine mondial de l’UNESCO
Article suivantShinzô Abe annonce un plan de relance économique de 28 billions de yen

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.